Accueil > Drones du nouveau coté USA

Drones du nouveau coté USA

mercredi 29 juin 2016 - Rédaction SNP

La lettre professionnelle TV agri nous informe de cette évolution réglementaire aux États-Unis. On note rapidement que les autorisations de vol contrairement à la réglementation française ne sont pas tacites. Il est aussi relevé la puissance technologique des entreprises américaines que nous avons déjà présentée dans notre post sur PRECISIONHAWK http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1354 . Nous avions d’ailleurs reçu une proposition de prestations transmise sans y croire au conseil régional Paca.

 En France nous avons quand même des atouts technologiques, par exemple entreprise PARROT leader en drônes de loisirs et qui se professionnalise en drônes agricoles. On peut craindre que ce marché soit bridé par les risques, particulièrement les risques terroristes inhérents à l’utilisation de cet outil. Une solution serait peut-être puisque la notion de pilotage est en train petit à petit de disparaître ( comme pour les voitures connectées), que les plans de vol soient automatiquement intégrés dans le drône.

"Est-ce une mauvaise nouvelle pour les acteurs du drone européen, et notamment français, chef de file pour cette technologie ? A la traine jusque là, les Etats-Unis ont dévoilé – via la Federal Aviation Association (FAA) – une nouvelle réglementation pour encadrer l’utilisation des drones civils commerciaux sur le sol américain.

Parmi les mesures phares, la simplification des procédures à suivre pour faire voler un drone dans le cadre d’une activité commerciale et la réduction des délais d’attente pour recevoir les autorisations de vol correspondantes.

Cela va permettre aux secteurs agricole, de la construction et des travaux publics de connaître une croissance très rapide et, de fait, aux entreprises américaines spécialisées dans la conception des drones, mais aussi et surtout des capteurs, de trouver de nouveaux débouchés commerciaux.
En effet, si la législation a mis du temps à se mettre en place sur le territoire américain, l’ensemble des acteurs se préparent à l’ouverture du marché depuis de nombreux mois, en particulier en Floride, en Californie et au Texas, qui utilisent d’ores et déjà les drones pour des missions industrielles et commerciales.

Le marché américain devrait ainsi très vite (dès l’année prochaine ? ) devenir le premier marché mondial tant en termes de chiffre d’affaires que de nombre d’opérateurs.
« Nous sommes convaincus que le marché du drone se joue aujourd’hui à l’international. Grâce à un environnement favorable et aux progrès dans la réglementation, les États-Unis passent un nouveau cap et devraient dominer le marché mondial très rapidement, passant même devant l’Europe », estime Emmanuel de Maistre, CEO et co-fondateur de Redbird.

Rappelons que la France, pionnier dans la législation de l’usage et de la conception des drones, a de nouveau légiférer en la matière le 1er janvier dernier. Mais l’Union Européenne travaille aussi sur une réglementation commune, pour favoriser une harmonisation entre tous les pays.

“On était très avance et on craint un retour en arrière” avait jugé Florent Mainfroy, président de Airinov, estimant que il était plutôt nécessaire « d’effectuer un transfert de compétences de la France vers l’Europe”.

Derniers articles

17 août, par Rédaction SNP

Cannes, la suite .....

On en sait un peu davantage sur la démarche très pragmatique de la ville de Cannes qui se garde de prises de position de principe et met en place un panel de mesures complémentaires très orientées vers la pré-infestation ( (...)

15 août, par Rédaction SNP

Missions ANSES /Végétaux

Pas inutile, de prendre conscience de l’ampleur des missions de l’ANSES sur l’ensemble des problèmes de protection des végétaux.
Pour autant, et c’est la contrepartie de son autorité, l’agence doit sans doute être, encore plus (...)

Edito

Edito de juin 2019

28 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ce mois a été celui de la publication du nouvel arrêté de lutte contre le CRP. Alors que cet été est celui de la dévastation de nos peuplements Chamaerops ( voir notre papier "nos Chamaerops meurent en silence...."), aucune ligne sur le Paysandisia, lancinante revendication !
Ce n’est pas malheureusement pas le plus important. Ce texte aussi court que d’interprétation délicate se contente de faire une (...)