Accueil > Documentation > Des remises en cause fiscales malvenues...*

Des remises en cause fiscales malvenues...*

jeudi 21 mars 2013 - Rédaction SNP

 Nous aimons bien cette revue LE LIEN HORTICOLE à la fois très professionnelle et proche des "gens". Elle revient sur une manipulation de TVA parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire.

* Le respect des normes européennes est un mauvais prétexte la France est tous les jours condamnée pour des retards considérables dans la mise en harmonie.

* Encore une augmentation réputée modeste de 12,6 % l’argument consistant à invoquer le crédit d’impôt n’est pas si recevable tout le monde s’en prévaut pas.

* Cette décision affecte de plein fouet la classe moyenne qui fait des efforts financiers pour entretenir ses espaces verts privés.

* La conséquence sera bien évidemment le développement du travail non déclaré qui fera perdre à l’État et à la sécurité sociale beaucoup de recettes.

* Enfin cette décision procède de l’incertitude fiscale dans laquelle notre pays est plongé depuis des dizaines d’années

PS : Nous n’avons pas les moyens d’apprécier l’impact en termes d’emplois. c’est un peu comme les chiffres de manifestants !

* sous réserve de l’appréciation qui était faite de l’éligibilité au taux réduit des travaux sur palmiers

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)