Accueil > Réglementation > Les Copil, CROPSAV, AMI, AAP, DRAAF... > Des nouvelles du COPIL CRP PACA

Des nouvelles du COPIL CRP PACA

dimanche 10 mai 2015 - MAZALON Sylvie, LEGROS Claude, Rédaction SNP

Certes, c’est une décision de juillet 2013 de la DGAL, constatant l’inefficacité des COPILS départementaux et décidant de COPILS régionaux sous autorité préfectorale. Certes, il a fallu attendre le 9 décembre 2013 pour avoir un arrêté et le 27 novembre 2014 pour une première réunion du COPIL PACA-CRP.

Mais merci, à Monsieur le préfet de région Provence-Côte d’Azur et à Monsieur François Goussé DRAAF PACA (en médaillon) de l’avoir fait, car les préfets de région et les DRAAF de Languedoc-Roussillon et de Corse n’ont eu cure de cette heureuse initiative du ministère.

Cinq Groupes au travail (réglementation, collectivités, professionnels, déchets, SIG), la DRAAF assure le secrétariat de l’ensemble. Tous les groupes ont commencé à travailler (le groupe professionnels a pris du retard).

Notre association est présente dans tous les groupes (sauf SIG) nous avons chaque fois remis une note préliminaire, des comptes rendus, et commentaires sur compte rendu du pilote. Pour l’instant tout se passe correctement dans un climat très appliqué. Nous avons pris le parti de ne pas nous appesantir sur les critiques du passé, mais de collaborer sérieusement aux travaux avec l’ambition de placer SNP, comme un acteur permanent de la lutte contre les ravageurs de palmiers.

Les vraies décisions du Préfet de Région se prendront lors de la synthèse, initialement prévue en juin , ce qui semble très difficile à atteindre...........

À suivre.....

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)