Accueil > Revue De Presse > De Monaco à Toulouse... Le papillon tueur de palmiers

De Monaco à Toulouse... Le papillon tueur de palmiers

dimanche 22 juin 2014 - Rédaction SNP

Bonjour les dégâts..... la presse et cet important support régional en est l’expression commence enfin à s’inquiéter .

Le problème c’est que la mobilisation est inversement proportionnelle aux solutions proposées !!!!

Sauf bien sûr celle d’adhérer à notre association et/ou aux fous de palmiers ( excellent mais plus cher !).

http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/11/1836802-le-tueur-de-palmiers-debarque-a-toulouse.html

Ici pas de langue de bois car les 2 traitements possibles sont évoqués : en bio les nématodes ( rien sur le champignon Beauveria Bassiania pourtant vedette dans les Alpes-Maritimes) et les traitements chimiques. En pratique le papillon palmivore n’étant pas un insecte de lutte obligatoire on peut utiliser les insecticides autorisés pour les végétaux d’ornement. l’ association considère le CONSERVE matière active SPINOSAD ( malgré son prix très élevé) comme intéressant par sa rémanence. Insecticide de contact et d’ingestion d’origine biologique, le spinosad est une bactérie qui agit comme une neurotoxique mais peut être nocif pour les abeilles par ingestion. Le spinosad est autorisé en agriculture biologique. Traitez le soir...

Il faut noter que la recherche française INRA Antibes est sur la piste de solutions bio extrêmement intéressantes basées sur des trichogrammes oophages. Les idées et les compétences existent il manque cependant les financements... à bon entendeur vos dons.....

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)