Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > CRP : quels insecticides au Pakistan ?

CRP : quels insecticides au Pakistan ?

lundi 20 août 2018 - Rédaction SNP

 Le Confidor et son générique avaient déserté les étagères des distributeurs de produits de traitement et des coopératives, avant même que nous ayons reçu la lettre de refus à notre demande de dérogation de l’article 53. ( démarche commune SNP & FDP)

 Pour autant peut-on penser que les pouvoirs publics ont d’ores et déjà préparé des solutions de remplacement. Nous ne sommes pas le secret des dieux mais nous avons plus qu’un doute.....

Depuis 7 ans SNP fait de la veille technologique sur CRP et PA (Plus de 2100 posts publiés). Cette activité nous a-t-elle donné une visibilité, conduisant le ministère, à nous informer de ses intentions et à recueillir nos avis. Evidemment non, nous n’avons eu droit qu’à une lettre officielle de refus de la dérogation sans le moindre coup de fil y compris du SRAL , sur les pistes de remplacement et le nouveau cadre réglementaire. Faut-il enfin rappeler, que le comité de pilotage PACA CRP ne s’est pas réuni depuis deux ans.

Aussi, peut-être prendront-ils, s’ils nous suivent, connaissance avec intérêt de cet article pakistanais qui vient de sortir. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6053126/.

 On n’y apprend que le charançon est connu chez eux depuis 100 ans !! qu’ils ont toute une batterie de traitements qui ont laissé apparaître des phénomènes de résistance plus ou moins importants. En test 8 produits absent le Revive (EMAB) ( sans doute trop cher pour le Pakistan).

On y découvre les qualités d’efficacité du défunt imidaclopride et du lambda-cyhalothrin (m.a du KARATE K), mais également celle de Spinosad qui est classé en France dans la liste des produits de biocontrole dit des articles L.253-5 et L.253-7 du code rural et oui ?!

 Ne conviendrait-il pas que l’ANSE se saisisse, si ce n’est déjà fait, de cette étude pour en vérifier la qualité scientifique ?

 Relevons simplement dans la conclusion " Le spinosad et la lambda-cyhalothrine ont une efficacité élevée contre le stade larvaire néfaste de R. ferrugineus dans les essais de laboratoire, comme dans le présent travail , et leur inclusion dans les programmes de contrôle utilisant la méthode d’application la plus efficace serait intéressante. Des stratégies de traitement avec des insecticides chimiques qui incluent le spinosad dans les programmes de lutte avec un schéma modifié seraient à considérer".

Comme nos adhérents n’ont pas d’intention de laisser tomber leurs palmiers ils auront peut-être là, des pistes de substitution. Nous nous efforcerons de les aider, en souhaitant tout de même la publication d’une nouvelle réglementation même, sans notre contribution. C’est évidemment le stade larvaire qui est décisif car il déclenche la ruée sur le cœur de palmier lui-même. On peut penser que les adultes peuvent être à la fois suffisamment captés par un piégeage dense et repoussé par des répulsifs naturels sur lesquels SNP travaille.

Portfolio

Derniers articles

21 février, par Rédaction SNP

Une proposition de loi à suivre....

En ce qui concerne nos ravageurs de palmiers, le problème lancinant est celui de l’impérieuse nécessité de faire disparaître les foyers qui ne sont plus susceptibles de traitements curatifs. On s’est souvent interrogé sur les (...)

20 février, par Rédaction SNP

les DSI : les collectivités se lancent....

Les détecteurs sismiques intelligents, Mandelieu La Napoule ouvre le bal ..... d’autres vont suivre très rapidement, Et Monaco sans doute également.
https://www.monaco-tribune.com/2019/02/detecteur-rhynchotrack-palmiers-azureens/

Edito

Edito de janvier 2019

15 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Toujours dans un souci de transparence je vous livre ici synthèse de mon intervention le 11 février à la DGAL de Vaugirard à une très importante réunion de concertation sur les suites du rapport ANSES sur le CRP, accompagné de la vice-présidente de l’association.
Remarque préliminaire importante :
Nous constatons partout en zone méditerranéenne une spectaculaire recrudescence du Paysandisia (...)