Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Témoignages étrangers > CRP au Maghreb des résultats encore fragiles ?

CRP au Maghreb des résultats encore fragiles ?

dimanche 31 décembre 2017 - Rédaction SNP

La lecture de cet interview donne un peu le sentiment qu’il y encore beaucoup à faire. Nous avions également fait ce constat lors de notre voyage récent Tunisie tout en constatant qu’au delà des résultats très encourageants sous l’autorité du professeur Dhouibi d’une politique forte de piégeage massif dans le nord de la Tunisie, il convenait de mettre en place une organisation rationnelle de la lutte en s’appuyant sur les collectivités locales, en pleine réorganisation.

L’annonce en avril 2016 de la création un atelier maghrébin de lutte contre CRP menace pour les productions des palmiers dattiers par le bureau sous régional de la FAO pour l’Afrique du Nord appuyé par l’Union du Maghreb Arabe (UMA) et l’Organisation pour la protection des végétaux au Proche-Orient (NEPPO) a suscité beaucoup d’espoir et donc d’attentes.....

 

Interview Par I.h. par Youga Niang • 30 Dec

Le charançon rouge du palmier a été bien maîtrisé dans les premiers foyers quand il y avait une coordination et un engagement de tous les acteurs. Aujourd’hui, on voit des palmiers infestés par le charançon rouge dans de nouvelles zones se trouvant à proximité des premiers foyers.

Représente-t-il une menace pour les palmiers ?

Oui, le charançon rouge du palmier constitue une vraie menace pour les oasis de la Tunisie. Le risque est élevé surtout en cette période de transport des dattes.

Les insectes adultes sont attirés par les odeurs des camions et camionnettes qui transportent les dattes. Ils peuvent se fixer sur les roues et sur les rebords des voitures et parcourir des centaines de kilomètres et attaquer les palmeraies du sud. La menace est bien réelle.

On note qu’il y a un certain relâchement au niveau de la lutte contre le charançon rouge en Tunisie. Pensez-vous que la stratégie mise en place par le ministère pour lutter contre le charançon rouge est aussi efficace que celle du Maroc ou de la Mauritanie ?

La stratégie préparée par la Tunisie est bonne. Elle a été présentée aux différents ateliers organisés par la FAO à Tanger en 2016 et 2017 et à Hammamet 2017 et lors du symposium international qui s’est tenu à Rome en mars dernier. Cependant je pense qu’ il y a des améliorations à faire dans la mise en œuvre de la stratégie et de son plan d’action.

Prenons le cas du Maroc. A Tanger, la situation au départ était similaire à celle de la Tunisie. Au cours de la même période, le charançon rouge a attaqué à la fois les palmiers de Carthage et ceux de Tanger.

La stratégie de lutte contre le charançon rouge entreprise au cours de ces dernières années a réussi dans cette ville. D’ailleurs, Tanger va déclarer dans quelques mois l’éradication du charançon rouge du palmier. Le programme de lutte a été confié au secteur privé avec un cahier des charges et un système de suivi de l’administration. Il y a un vrai engagement pour l’éradication du charançon rouge du palmier

En Mauritanie, depuis l’apparition du charançon rouge du palmier dans l’oasis de Tidjikja à la fin de 2015, le ministère de l’Agriculture a sollicité l’appui technique de la FAO à travers un projet de coopération technique d’urgence de mars 2016 à juin 2017.

Une stratégie et un plan d’action ont été préparés et mis en œuvre avec une participation active de tous les acteurs et surtout des agriculteurs. Le programme d’éradication du charançon rouge du palmier à été suivi de très près par l’administration et surtout par les hauts responsables. Le Président de la République a suivi de très près le programme et a visité deux fois le site. La ministre de l’Agriculture a visité plus de cinq fois le site qui est à 7 heures de route de Nouakchott. Un comité national et comité local de suivi du programme charançon rouge du palmier suivent les actions du programme quotidiennement.

Que faut-il pour conférer plus d’efficacité à la stratégie de lutte contre le charançon rouge en Tunisie ?

Plusieurs mesures doivent être prises. Il faut renforcer le programme d’information et de sensibilisation en utilisant tous les moyens et les outils, et ce, pour mobiliser tous les acteurs et surtout pour qu’ils informent à temps sur les nouveaux foyers et participent à la gestion des pièges.

Il faut également former les techniciens et les ouvriers sur la gestion intégrée du charançon rouge du palmier. Il est également important de renforcer la prospection et la surveillance pour assurer la détection précoce des palmiers au premier stade.

Il y a également d’autres mesures à prendre dont celle d’intervenir rapidement en cas de signalement d’un nouveau palmier atteint. Il ne faut pas laisser les palmiers atteindre des stades avancés de dégradation après une attaque du charançon rouge.

Une bonne gestion des pièges , des traitements préventifs et curatifs selon les protocoles de traitement et un bon système de suivi du programme de lutte en utilisant le système d’information géographique ainsi que l’information, la sensibilisation et la préparation de plans d’urgence et d’exercices de simulation des plans d’urgence au niveau de la région des oasis figurent parmi les actions qu’il faut améliorer et qui doivent être entreprises régulièrement et périodiquement pour que la stratégie de lutte contre la charançon rouge soit plus efficace.

Les parasites ravageurs menacent le secteur agricole et par conséquent la sécurité alimentaire en Tunisie. Quel appui a apporté la FAO au programme mis en place par la Tunisie pour lutter contre ce fléau ?

La FAO, à travers tous ces programmes Cipv (Convention internationale pour la protection des végétaux), Convention de Rotterdam et projet, renforce les capacités des pays pour lutter contre les maladies et les ravageurs et éviter l’introduction et la diminution de la probabilité de propagation des parasites ravageurs transfrontaliers.

Plusieurs programmes de renforcement des capacités sont organisés chaque année. Avec l’UMA et la Neppo, un réseau maghrébin pour la protection des végétaux a été créé et un site web à été mis en place afin de faciliter les échanges entre les pays du Maghreb.

La FAO a également un grand programme pour la lutte contre les criquets dans notre région. C’est la commission qui coordonne le programme de prévention et de lutte contre les invasions des criquets.

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)