Accueil > L’association > Nos missions > Compte rendu : Rencontre avec le SRAL PACA 9/10/2017

Compte rendu : Rencontre avec le SRAL PACA 9/10/2017

lundi 30 octobre 2017 - Rédaction SNP

 Depuis le début de l’été, nous avons pu rencontrer nos autorités de tutelle à deux reprises, le 21 juillet et le 9 octobre (en compagnie de l’association des Fous de Palmiers *). Le Compte Rendu commun en pièce jointe et ci-après la réponse de l’Administration. Nous voulons ici, particulièrement la remercier. Ensuite, les quelques commentaires SNP en l’état.

"Concernant l’évolution réglementaire, voici les éléments dont nous disposons aujourd’hui.
Le comité phytosanitaire permanent de l’UE examinera la décision communautaire relative à la lutte contre le charançon rouge au plus tôt en novembre ou décembre 2017. Le maintien du dispositif de contrôle des palmiers à la production est acquis.

Pour ce qui concerne la lutte sur le territoire national, ce point a été abordé lors du dernier CNOPSAV (Comité national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale). La SDQSPV a pris l’engagement de consulter toutes les parties concernées.Le point de départ de cette consultation sera la publication des avis de l’ANSES sur le projet CAVEM d’une part et sur les options à retenir en matière d’outils et moyens de lutte d’autre part. Dans l’attente l’arrêté ministériel ne sera pas modifié.

Pour ce qui concerne l’expérimentation de Perpignan, une 1ere restitution a été délivrée aux SRAL et aux FREDON , le rapport final est en cours de rédaction, et nous ne manquerons pas d’informer le COPIL lorsqu’ils seront publiés.

Avec mes cordiales salutations.
Marie-Odile Masson
Chargée de mission charançon rouge du palmier"

 voici nos commentaires :

L’affaire est sérieuse : Selon nous, l’administration centrale devrait d’abord donner les raisons de l’échec de la lutte obligatoire qui ont conduit à la décision européenne. Elle devrait également déterminer les carences en termes d’offre de produits, d’organisation et de formation des professionnels du végétal afin d’information et d’assistance aux propriétaires.

Gardons-nous de nous perdre en de sempiternelles consultations alors même que nous prenons, avec d’autres, l’initiative de faire connaître à la DGAL et à l’ANSES nos positions et surtout qu’il existe depuis fin 2013 une instance ad hoc le comité régional CRP PACA dirigé par DRAAF dont c’est l’objet.

Nous demandons d’abord la réunion d’un COPIL (Ravageurs de Palmiers) national pour ne pas parler à la place d’autres régions (nous demandons depuis l’origine que les présidents de Région co-président les comités de pilotage régionaux) pour harmoniser la lutte des différentes collectivités locales dont le spectacle actuel fait plutôt penser à la Tour de Babel !

 La décision de fond tient évidemment au maintien ou non des stratégies phytosanitaires et l’existence d’alternatives crédibles en termes de biocontrole. Notons à ce sujet que l’administration laisse sans réponse nos requêtes pourtant exprimées depuis plusieurs mois sur le piégeage de masse autant que sur l’enrichissement des moyens de lutte en produits phytopharmaceutiques de biocontrôle.

* http://www.fousdepalmiers.com/pages/culture-maladies-et-soins/ministere-de-l-agriculture-dgal-draaf.html

 

Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

M2 I BIOCONTROL .....La licorne

Pour que la licorne ne soit plus un mythe, il faut que le bio-contrôle attire vers lui des investisseurs privés à la recherche de placements surs, vertueux, rentables...
Très intéressant article du Nouvel Economiste qui (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)