Accueil > Réglementation > Importation > Commerce parallèle (MAJ)

Commerce parallèle (MAJ)

dimanche 4 juin 2017 - Rédaction SNP

Définition du permis de commerce parallèle

 Comme nous l’écrivons et le disons souvent le ministère ne freine pas autant qu’on veut bien le dire l’importation des produits Phyto d’autres pays d’Europe. Voici la définition et en document joint la liste de plusieurs centaines de références autorisées.

 Nous connaissons un important importateur CAZORLA qui a 183 références et parle très bien français. Attention c’est réservée aux professionnels il vous demandera de produire le scan de votre certiphyto. Selon le produit le gain du prix est intéressant.

 

Un produit phytopharmaceutique qui est autorisé dans un État membre (État membre d’origine) peut, sous réserve de l’octroi d’un permis de commerce parallèle, être introduit, mis sur le marché ou utilisé en France s’il est établi que la composition du produit phytopharmaceutique est identique à celle d’un produit phytopharmaceutique déjà autorisé en France (produit de référence). L’examen de cette identité est réalisé conformément au paragraphe 3 de l’article 52 du règlement (CE) n° 1107/2009.

Un produit phytopharmaceutique pour lequel un permis de commerce parallèle a été délivré est mis sur le marché et utilisé conformément aux dispositions de l’autorisation du produit de référence.

Le permis de commerce parallèle est valable pendant la durée de l’autorisation du produit de référence.

Les informations relatives aux produits bénéficiant d’un permis (usages autorisés, conditions d’emploi, etc.) sont celles du produit de référence, disponible dans la base. Les conditions d’emploi et mentions d’étiquetage obligatoires sont les mêmes que celles du produit de référence français.

Les produits bénéficiant d’un permis de commerce parallèle ainsi que les produits de référence auxquels ils se rapportent sont accessibles sous forme de liste téléchargeable ci-dessous. Ces produits sont également répertoriés sur anses.fr dans le registre des décisions d’autorisation de mise sur le marché.

Derniers articles

20 août, par Rédaction SNP

Your portable solution to detect RPW larvae in coconut palm trees

Nous connaissons le professeur Thrishantha Nanayakkara du King’s College London depuis 2015. Nous avions attiré votre attention sur ces travaux et même fait un petit don crowdfunding pour l’encourager. Espérons qu’il s’en (...)

17 août, par Rédaction SNP

Cannes, la suite .....

On en sait un peu davantage sur la démarche très pragmatique de la ville de Cannes qui se garde de prises de position de principe et met en place un panel de mesures complémentaires très orientées vers la pré-infestation ( (...)

15 août, par Rédaction SNP

Missions ANSES /Végétaux

Pas inutile, de prendre conscience de l’ampleur des missions de l’ANSES sur l’ensemble des problèmes de protection des végétaux.
Pour autant, et c’est la contrepartie de son autorité, l’agence doit sans doute être, encore plus (...)

Edito

Edito de juin 2019

28 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ce mois a été celui de la publication du nouvel arrêté de lutte contre le CRP. Alors que cet été est celui de la dévastation de nos peuplements Chamaerops ( voir notre papier "nos Chamaerops meurent en silence...."), aucune ligne sur le Paysandisia, lancinante revendication !
Ce n’est pas malheureusement pas le plus important. Ce texte aussi court que d’interprétation délicate se contente de faire une (...)