Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Chronique d’un désastre annoncé.....

Chronique d’un désastre annoncé.....

jeudi 26 février 2015 - Rédaction SNP

Cela fait des années que SNP alerte les responsables des Alpes-Maritimes sur l’avancée du charançon rouge dans leur département pris en tenaille entre l’Italie et le Var. Au début il y avait dans cette affaire un je ne sais de "Quand la marabunta gronde" 1954, avec Charlton Heston pas encore converti au tout Bio !!!

Mais il y a bien une marabunta de CRP, et après des années de dénégations, d’apparences maintenues, résultats de recours massifs et onéreux à des nématodes, associés à l’utilisation discrète de solutions phytosanitaires noyées dans un discours de stratégie bio, la réalité a rattrapé le discours et conduit les responsables communaux à décider tout seuls que la réglementation française était bonne à jeter. Peu importe que l’arrêté du 2010, correctement appliqué, ait donné globalement de bons résultats, peu importe qu’après deux ans de négociations, une nouvelle stratégie ait été acceptée, non à titre expérimental, mais couverte par une AMM en bonne et dûe forme, suivant l’avis positif de l’ANSES, la plus importante agence sanitaire d’ Europe. On n’en veut pas à Nice.

Avec 17 000 palmiers sur les bras, emblème mondialement connu, la ville fait plutôt dans "l’expérimental", dans quel cadre légal ? avec quel suivi scientifique ? Aucune réponse dans cet article, ni sur le site officiel de la ville. Très troublant cette liberté avec la réglementation, et surtout, pas du tout à la hauteur de l’enjeu. Rappelons qu’il existe en France un organisme officiel de protection des végétaux par région, la FREDON, des directions régionales du ministère de l’agriculture, DRAAF, 150 centres de l’INRA regroupant plusieurs milliers d’ingénieurs..... Personne pour donner un avis ? Pas de financement ?

Pour le reste, quel changement radical par rapport aux affirmations volontaristes d’il y a quelques années, on a le sentiment que les pouvoirs publics locaux ont déjà renoncé à livrer bataille. Cette position fait tristement écho à celles de San Remo et de Bordhigera. http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1064

Compte tenu de l’implication de SNP dans cette lutte depuis presque quatre ans, il est difficile d’imaginer que nous acceptions cette situation. Nous allons donc interpeller le COPIL charançon régional, le COPIL National, et nous allons lancer une grande pétition en direction de l’industrie du tourisme.

Derniers articles

19 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

- Téla Botanica
- Fédération nationale des métiers de la jardinerie
à venir
- Lien horticole
- Plantes & Cités
.......

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

18 septembre, par PIETRA-TALIERCIO Colette, Rédaction SNP

ENTRETIEN AVEC JUSTIN WHITTLE, entomologiste...

ENTRETIEN AVEC JUSTIN WHITTLE, entomologiste australien (2016)
ETUDE SUR LE DEVELOPPEMENT DES FERMES DE CRP en Thailande
A travers cet interview, on découvre un type d’agriculture incroyablement dynamique en Thailande (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)