Accueil > Réglementation > Evolution Réglementaire > Chaud devant.... voilà le nouvel arrêté

Chaud devant.... voilà le nouvel arrêté

samedi 27 avril 2019 - Rédaction SNP

 Les participants à la réunion de concertation viennent de recevoir un projet et sont invités à faire part de leurs observations avant le 10 mai.

Cette information est cohérente avec une présentation pour approbation au CNOPSAV (conseil national d’orientation de la politique sanitaire et végétale) le 16 mai.

 Nous y travaillons avec le conseil d’administration et des personnes extérieures particulièrement qualifiées.

 On en dira pas plus, beaucoup de questions encore posées.

 On peut dire cependant que le texte est beaucoup moins précis que les précédents arrêtés et qu’un rôle éminent est confié au CROPSAV(s) déclinaison régionale du CNOPSAV. On n’en revient au feu comité de pilotage CRP de 2013 !

Sous réserve des précisions à venir la logique semble implacable. Détection du CRP nécessité d’une éradication pouvant aller jusqu’à l’abattage.

 Les traitements préventifs sont recevables à condition que la commune soit reconnue par le CROPSAV comme ayant décidé de mettre en place :

-Un plan de surveillance et un réseau de piégeage ( c’est une réussite de notre politique depuis quatre ans)

- Un plan de dechets ( très mal suivis jusqu’à présent)

- Un engagement de traiter tous les palmiers de son domaine ( on voit mal comment elle pourrait aller au-delà, le ministère ayant clairement précisé qu’il n’était pas dans son intention d’imposer une collective obligatoire).

 On peut raisonnablement espérer un texte avant fin mai et nous aurons à cœur d’organiser une réunion importante à Toulon qui sera aussi l’occasion d’une assemblée générale.
 

 

Derniers articles

4 juillet, par Rédaction SNP

Beauveria Bassiana : d’autres en mesure l’efficacité...

D’autres se préoccupent de tester l’efficacité des différentes souches de BB utilisées pour lutter contre un autre coléoptère.
En France rien de tel, on laisse 2 fabricants se crêper le chignon et l’INRAE ne trouve ni le temps ni (...)

Edito