Accueil > Documentation > Les bactéries > Chaud devant......la bactérie fastidosia

Chaud devant......la bactérie fastidosia

dimanche 25 janvier 2015 - Rédaction SNP

 

SOURCE TVAGRI »
Xylella fastidiosa : La France hausse le ton !
22 janvier 2015 ·

Pour contrer l’introduction de la bactérie Xylella fastidiosa nuisible aux végétaux par des insectes vecteurs (photo ci contre) les autorités françaises exigent un renforcement des mesures européennes.

La bactérie Xylella fastidiosa peut affecter plus de 200 espèces végétales appartenant à 50 familles botaniques différentes. Cet organisme nuisible aux végétaux est connu outre Atlantique comme agent de la maladie de Pierce, qui a fortement touché les vignobles californiens dans les années 1990, et est également responsable d’une maladie ayant fortement impacté les agrumes au Brésil à la fin des années 1980.

Cette bactérie est transmise et dispersée par des insectes vecteurs. Elle est absente du territoire français. Après sa découverte pour la première fois en Europe, sur le territoire italien, fin 2013, la Commission européenne a adopté au cours de l’année 2014 des mesures européennes pour empêcher d’autres introductions ainsi que la propagation de la bactérie dans l’Union européenne.

Au vu de l’analyse de risque phytosanitaire de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA) rendue le 6 janvier 2015, les autorités françaises demandent à la Commission européenne de renforcer « sans délai » les exigences de la décision 2014/497/UE relative à Xylella fastidiosa afin que « des mesures de confinement sur les plants (interdiction de sortie du matériel destiné à la plantation depuis la zone délimitée italienne) et sur la dispersion des insectes vecteurs soient mises en place sur le territoire de l’Union européenne ».

Parallèlement, il est également demandé à la Commission européenne « une interdiction totale » d’importation depuis les pays tiers contaminés du matériel destiné à la plantation.

En l’absence de mesures prises au niveau européen dans les prochaines semaines, la France serait susceptible de revoir son dispositif national après analyse de risque phytosanitaire.

Enfin, Le Ministère incite « dès à présent » les producteurs concernés à participer activement à la protection phytosanitaire de leurs productions en « évitant au maximum » de s’approvisionner en plants dans les zones où le risque phytosanitaire est le plus élevé.

Il faut ici saluer la rapidité et la fermeté des pouvoirs publics français. La chose est également prise très au sérieux par les syndicats agricoles et en particulier par la coordination rurale CR conduite en PACA par Max Bauer.

et aussi très complet...TELA BOTANICA

http://www.tela-botanica.org/actu/article6741.html

 

Derniers articles

16 juillet, par Rédaction SNP

Adopter la Vigilance Attitude pour CRP & PA

En septembre 2017 nous vous avons signalé l’apparition de cette application lanceur d’alertes. Le démarrage n’a pas été à la hauteur de nos espérances. il faut dire que les mairies que nous avons approché pour leur dire tout (...)

15 juillet, par Rédaction SNP

REVIVE saison 2

On attendait une extension d’usage au Paysandisia, la suppression d’un adjuvant....rien de tout cela. En baptisant REVIVE II ARETOR nom commercial ( et non Terminator !) la firme a sans doute voulu s’éloigner de la notion (...)

14 juillet, par Rédaction SNP

INRA et BIOCONTROLE

Intéressante communication grand public faisant le point des recherches de l’institution sur le Biocontrole. Sont abordés les domaines :
DES ODEURS POUR LUTTER CONTRE LES RAVAGEURS
LES MACRO-ORGANISMES : DES ALLIÉS DE (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)