Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Changement du climat et espèces envahissantes

Changement du climat et espèces envahissantes

samedi 7 mars 2020 - Rédaction SNP

https://iapps2010.me/2020/03/02/how-changes-in-weather-patterns-could-lead-to-more-insect-invasions/

Extraits

Les épidémies d’insectes ravageurs et les invasions d’insectes sont en augmentation sur le continent africain.

Les pertes de cultures et les invasions de ravageurs liées aux insectes ravageurs devraient augmenter à mesure que le climat change. Les changements projetés comprennent les changements de température - avec de nombreuses régions devenant plus chaudes - et la quantité de précipitations. Les insectes se développent dans des températures plus chaudes.

Des études montrent que les pertes de rendement liées aux insectes ravageurs pour le maïs, le riz et le blé devraient augmenter de 10 à 25% pour chaque degré Celsius de réchauffement. L’impact sera énorme. Ces cultures sont les trois cultures les plus importantes au monde, représentant 42% des calories consommées.

En gros, il y a deux explications pour lesquelles il y aura plus d’invasions d’insectes : parce que le temps changeant modifie les caractéristiques des insectes et parce que le temps changeant a un impact sur leur nourriture, leurs ennemis naturels et leurs prédateurs.

Caractéristiques des insectes

Un changement climatique provoque des changements de température. Cela a un impact énorme sur les insectes car ce sont des animaux à sang froid. Cela signifie que leur croissance, leur développement et leur cycle de vie sont régulés par la température. Par conséquent, lorsque les températures sont plus chaudes ou plus froides que la norme, cela affecte directement leur développement, leur croissance, leur reproduction et, finalement, le nombre et la distribution de la population.

À mesure que les températures augmentent, le métabolisme de l’insecte s’accélère. Parce qu’ils brûlent plus d’énergie, ils consomment plus, se développent plus vite et plus gros, souffrent moins de mortalité, se reproduisent plus rapidement et pondent plus d’œufs. Le résultat final est une augmentation des populations et, par conséquent, davantage de dégâts aux cultures.

Un changement climatique affectera également les régimes pluviométriques. Nous le constatons déjà avec davantage d’incidents de sécheresse et d’inondations. Ces changements affectent les interactions entre les insectes ravageurs, les plantes et leurs ennemis naturels.

Par exemple, il existe des preuves substantielles montrant que le stress de la sécheresse augmente le nombre d’insectes mangeurs de plantes cultivées. Il y a un peu de controverse quant à la raison pour laquelle cela est le cas, mais l’hypothèse du stress des plantes suggère que les performances des insectes augmentent avec le stress des plantes parce que le niveau d’investissement de la plante dans ses défenses chimiques diminue.

Les changements météorologiques peuvent également affecter le territoire dans lequel vivent les insectes.

Il existe des preuves irréfutables que les aires de répartition des insectes changent. Alors que le réchauffement se produit, les insectes se déplacent vers de nouveaux territoires et explorent de nouveaux habitats. Ils le font pour trouver de la nourriture et pour échapper à la concurrence et aux ennemis naturels.

Les conditions extrêmes - comme la sécheresse et les inondations - modifient également la valeur nutritionnelle des plantes. Face au problème d’une plante moins nutritive, les insectes consomment plus de tissus végétaux pour obtenir la quantité de nutriments dont ils ont besoin.

Ennemis naturels

Le changement climatique peut également modifier l’interaction des insectes ravageurs et de leurs ennemis. Il peut s’agir de prédateurs naturels tels que les coccinelles, qui mangent les pucerons. Ils peuvent également être introduits pour lutter contre les ravageurs ; Cotesia flavipes, par exemple, est un insecte qui a été introduit dans divers pays pour lutter contre les foreurs de tiges.

Dans un monde parfait, les ennemis naturels devraient être abondants lorsque les plantes cultivées sont sous la pression d’insectes ravageurs. Mais la capacité des ennemis naturels à trouver les insectes ravageurs dépend de leur capacité à tolérer les conditions météorologiques changeantes et à quel point ils peuvent se déplacer.

Lorsqu’ils découvrent les insectes nuisibles, d’autres facteurs - comme la taille de l’insecte hôte - sont importants. Par exemple, les parasitoïdes (insectes dont les larves vivent comme des parasites qui finissent par tuer leurs hôtes) se développent à l’intérieur de l’hôte. Si l’insecte hôte est trop petit, il n’y aura pas assez de nourriture pour que les larves grandissent et éclosent. Cela peut déterminer s’ils restent pour protéger les plantes contre les ravageurs.

Derniers articles

22 mai, par Rédaction SNP

Un challenge ? pourquoi pas .....

https://www.herox.com/BeattheBeetle?utm_campaign=Organic%20Posts&utm_content=129497829&utm_medium=social&utm_source=twitter&hss_channel=tw-1702148870
le film de présentation est très ancien.
SIMERA a (...)

Edito

Edito de mars 2020

20 avril, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
SNP est à l’arrêt, tétanisée par les menaces de la pandémie et les conséquences délétères du confinement. Nous nous interrogeons sur l’opportunité de poursuivre la veille documentaire, l’information de nos adhérents et du public en général, la participation à des expérimentations de solutions innovantes.....
La semaine dernière, un proche de l’association nous suggerait de faire un parallèle entre la gestion de la (...)