Accueil > Documentation > Autres ravageurs > Chancre du platane : lutte obligatoire

Chancre du platane : lutte obligatoire

mercredi 20 janvier 2016 - Rédaction SNP

 On passe en lutte obligatoire........

14 janvier 2016 ( Veille réglementaire, Epidémiosurveillance ) National

Le 22 décembre 2015, le ministère en charge de l’agriculture a publié un arrêté national de lutte contre le chancre coloré du platane Ceratocystis platani (Arrêté du 22 décembre 2015 relatif à la lutte contre Ceratocystis platani, agent pathogène du chancre coloré du platane). Pour rappel, C. platani est listé l’annexe A de l’arrêté du 31 juillet 2000 rendant sa lutte obligatoire en tout lieu et tout temps sur le territoire français. Les régions les plus impactées par cette maladie sont les régions PACA, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Jusqu’alors réglementée par des arrêtés préféctoraux, la lutte contre cet organisme nuisible fera désormais l’objet de directives nationales : établissements des zones délimitées, interdiction de plantation, mesures d’éradication, de surveillance et de prophylaxie sont ainsi décrites dans cet arrêté.

 Le dispositif est simplissime :

Obligation de déclaration, détermination zone infectée est établie sur un rayon de 35 ou 50 mètres . Mesures d’éradication. mesures de prophylaxie, interdiction de plantation, non-respect de l’arrêté : : L. 251-20 du code rural et de la pêche maritime susvisé.II.-Est puni de six mois d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende "

 commentaires SNP : Inutilement centralisateur en pratique seules 2 régions sont concernées. On peut s’étonner que de telles dispositions aient échappé aux préfets de région pourtant déjà compétents pour beaucoup de problèmes de protection de végétaux ( exemple accord tacite sur achats hors frontières de produits phytopharmaceutiques).

 Quelle garantie le service de protection des végétaux donnera-t-il de la justesse du diagnostic ?  On ne voit aucune mesure préconisée pour un traitement alors même qu’il existe des solutions autour de l’endothérapie avec des fongicides. Rappelons que cette technique est parfaitement maîtrisée aux États-Unis particulièrement pour les grands sujets( Arbojet, Mauget....). Les platanes ne sont-ils pas des arbres patrimoniaux exceptionnels le plus souvent largement centenaires ça demande quelques efforts non ?

 Enfin comme toujours en France pour les dissidents ou les distraits c’est la politique de la terreur avec des pénalités gigantesques et un risque de prison. Pendant ce temps-là nos amis israéliens pour leurs chers palmiers sont beaucoup plus pragmatiques et ils règlent les problèmes de non-respect des prescriptions obligatoires par une amende de 175 € majorée à deux reprises..... très efficace et surtout responsabilisant

 

Derniers articles

16 août, par Rédaction SNP

Eric Chapin conseille...

En cette période estivale, les bioagresseurs ne font pas de pause. Notre expert en protection des plantes, Éric Chapin, synthétise quelques observations sur l’état des plantations et recommandations de surveillance.
En été, (...)

15 août, par Rédaction SNP

R&D la France à la traîne...

un classement qui explique beaucoup de choses...
S’il existe un autre classement en Recherche fondamentale il est plus que probable que nous serions mieux placés. Ceci explique cela et donc nos pauvres palmiers (...)

13 août, par Rédaction SNP

La Stratégie Phoemyc

Avec quelque retard, vacances obligent, voici donc une documentation sur ce nouveau produit * qui présente des caractéristiques extrêmement intéressantes en terme de cout et d’efficacité. On est guère surpris de l’accueil d’ores (...)

Edito

Edito de juillet 2018

10 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Je vous avais promis de tout vous dire sur la gestion des palmiers de Nice. J’y reviendrai car malheureusement l’actualité réglementaire prend le pas. Simplement le temps de vous confier que nous avons au dossier une lettre de Bernard Baudin du 17 décembre 2014 Conseiller Espaces Verts du Maire de Nice qui reconnaît refuser l’application de l’arrêté du 21 juillet 2010 en affirmant n’utiliser que des (...)