Accueil > Revue De Presse > Cannes... l’œil, la poutre, la paille....

Cannes... l’œil, la poutre, la paille....

vendredi 20 mars 2015 - Rédaction SNP

Franchement, au lieu de menacer ses concitoyens des foudres de la loi, bien connue depuis 2010 et jamais appliquée sur cet aspect répressif, la mairie de Cannes ferait bien de balayer devant sa porte pour analyser les limites des traitements nématodes, qui ne sont plus adaptés au degré dramatique d’infestation du CRP. Plus grave, la stratégie "1", bio, est inopérante sans des passages phyto en juillet et en août. cette exigence est explicitement prévue dans les textes : Cannes respecte-t-elle cela ? Le traitement phyto implique la gestion du délai de rentrée de 48 heures en pleine ville .....?? Peut-être, mais selon nos informations, beaucoup de villes s’en dispensent, ce qui rend leurs efforts vains, dilapide l’argent public, et pourrait les conduire au TA.

Mais nous sommes d’accord, le Patrimoine est en danger, il faut faire de la prévention. Pour quels coûts ? La stratégie "1", bio, 12 passages par an, coût minimum de 1000 € (par palmier) par an pour les grands palmiers cannois.

Ont-ils entendu parlé de la stratégie "3"(EMAB micro-injection) adoptée par de nombreuses mairies, bien aussi avisées ? 

Pour qui concerne son coût, nos adhérents, avec un traitement par an, ont à débourser autour de 200 € !! Au lieu de les menacer de 30 000 € d’amende la ville de Cannes ferait mieux de leur donner ce conseil, dans le plein respect de l’arrêté ministériel de 2010 révisé 2014.

Est-il enfin nécessaire de réaffirmer que, s’agissant de la défense d’un patrimoine exceptionnel, nos collectivités n’ont pas à commenter la réglementation, mais tout simplement à l’appliquer.

Cela fait deux ans que SNP lance des SOS. Aujourd’hui, les communes aussi prestigieuses que Nice et Cannes entrent dans la vague scélérate du CRP qui va les emporter, si elles continuent à faire les pâtés de sable labellisés bio...... Ou alors, elle déclarent solennellement qu’il faut renoncer au patrimoine Palmiers. Mais pourquoi pas, ayons le courage politique de le dire...

Ce serait dommage, SNP milite pour la stratégie "3", sans aucun conflit d’intérêt avec la firme. Nous travaillons avec la fédération des industries du bio-contrôle pour susciter des recherches pour d’autres solutions à 5 ou 10 ans d’échéance. Mais entre-temps on vous en supplie "sauvons nos palmiers"....

Derniers articles

19 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

- Téla Botanica
- Fédération nationale des métiers de la jardinerie
à venir
- Lien horticole
- Plantes & Cités
.......

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

18 septembre, par PIETRA-TALIERCIO Colette, Rédaction SNP

ENTRETIEN AVEC JUSTIN WHITTLE, entomologiste...

ENTRETIEN AVEC JUSTIN WHITTLE, entomologiste australien (2016)
ETUDE SUR LE DEVELOPPEMENT DES FERMES DE CRP en Thailande
A travers cet interview, on découvre un type d’agriculture incroyablement dynamique en Thailande (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)