Accueil > Documentation > Bio pesticides > Biopesticides (bis) : état des lieux US

Biopesticides (bis) : état des lieux US

lundi 19 octobre 2015 - Rédaction SNP

 On estime que les insectes détruisent 10% des récoltes dans les pays développés, 25 % dans les pays en développement certains pays dépassent 30 %. Ces chiffres sont terrifiants et chaque mois de nouvelles alertes sont publiées concernant de nouveaux invasifs.

 Mais aux États-Unis comme ailleurs les autorités ont conduit depuis 1950 des politiques nombreuses tendant à contrôler les pesticides mis en œuvre contre ces fléaux.

Par ailleurs, des innovations importantes ont été dans le suivi des infestations par l’utilisation de capteurs et des pièges de plus en plus sophistiqués avec des phéromones sélectives. Ce monitoring a permis l’utilisation beaucoup plus ciblée et donc réduite des pesticides.

On a commencé d’utiliser des biopesticides qui sont classée en trois catégories :

* des pesticides microbiens qui utilisent des bactéries ou des micro-organismes fongiques.

* des plant incorporated protectants PIP incorporations dans la plante d’un gène ayant des caractéristiques insecticides.

* Des pesticides d’origine naturelle

 De nombreuses autorisations sont délivrées ou en cours de délivrance pour les insecticides et des fongicides. Marrone Bio Inno, Dupont, Taxon, Grandevo , Techaccel, Bioprodex, Syngenta, Bayer en sont les acteurs nouveaux ou anciens.

 

 

 

Derniers articles

8 novembre, par Rédaction SNP

Tir groupé.....merci Eric Ciotti

Nous l’avions annoncé, dans la continuité de la concertation avec le SRAL PACA, de nos interventions publiques, de nos déclarations à la Presse, nous nous efforçons d’interpeller les pouvoirs publics en suscitant de questions de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)