Accueil > COPILS CRP, RÉGIONAUX..FAO > L’Arabie Saoudite ouvre son portefeuille ?

L’Arabie Saoudite ouvre son portefeuille ?

jeudi 1er mars 2018 - Rédaction SNP

 

Saudi Arabia contributes $2 million to FAO efforts to fight Red Palm Weevil

FAO to provide technical assistance to Saudi Arabia’s national strategy targeting the pest

FAO Director General José Graziano da Silva during a meeting with Saudi Arabia’s Minister of Environment, Water and Agriculture, Abderrahman Al-Fadhli in Riyadh. ©FAO/Mouhab Alawar

28 February 2018, Riyadh – Saudi Arabia will provide a new $2 million contribution to support FAO’s global efforts to eradicate Red Palm Weevil one of the world’s most invasive pest species.

Saudi Arabia’s Minister of Environment, Water and Agriculture, Abderrahman Al-Fadhli, made the announcement during a meeting with FAO Director General José Graziano da Silva in Riyadh on Monday.

The Red Palm Weevil destroys palm trees by eating them from the inside, and has rapidly expanded its global spread to more than 60 countries.

The FAO Director General thanked Saudi Arabia for the contribution and confirmed that FAO will also provide technical assistance to support the implementation of Saudi Arabia’s national strategy to combat the Red Palm Weevil as well as promote regional and international collaboration aimed at controlling and eradicating the pest.

Last year, governments endorsed an action plan to protect palm trees from the destructive beetle. The plan includes national interventions, such as improved pest monitoring and greater involvement of farmers, and a proposed international ban on the import of palms larger than 6 centimetres wide from infested countries.

Just four palm species were affected by Red Palm Weevil when studies were done in 1956, but now the pest attacks more than 40 palm species worldwide. The three most-affected species today are coconut palm, date palm and the tall ornamental Canary Island date palm.

 

Notre avis :

- 2 millions de dollars c’est tous comptes faits pas grand-chose considérant la richesse de ce pays, une activité agricole quasiment uniquement tournée vers le dattier, l’impossibilité d’utiliser les phytosanitaires pour une production de consommation

- Mais que font nos industriels petits ou grands du bio contrôle, nos brillants centres de recherche ( INRA première agence européenne, deuxième mondiale, pour recueillir cette manne ?

Reste à monter des projets avec la FAO pas facile nous dit-on. Il faudrait s’intéresser à l’activité du CIHEAM Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes ( Bari).

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/fao-colloque-crp-rome-03-17-actes.html

Derniers articles

22 janvier, par Rédaction SNP

Les tunisiens à l’écoute de l’Anses

L’éradiction du charançon rouge est quasiment impossible
https://chroniques.tn/2019/01/leradiction-du-charancon-rouge-est-quasiment-impossible-dans-la-zone-mediterraneenne/
Il est quasiment, impossible d’arriver à (...)

20 janvier, par Rédaction SNP

the wasting of ornamental palms by RPW

N’oubliez pas l’astuce, demandez la traduction d’une autre langue et ensuite en français.
Publication très récente sous la signature d’ auteurs célèbres comme HOODLE et FALEIRO on y trouve une analyse assez semblable à celle de (...)

18 janvier, par Rédaction SNP

Réunion nationale de concertation

Est-ce le résultat de nos efforts acharnés pour demander la réunion du comité de pilotage CRP PACA on ne le saura jamais...
Mais le DGAL invite les SRAL , les FREDON des régions SUD, OCCITANIE, CORSE, NOUVELLE AQUITAINE (...)

Edito

Edito de décembre 2018

13 janvier, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Aucun doute, l’événement du mois est la sortie du rapport de l’Anses "Stratégies de lutte contre le charançon rouge du palmier", qui valide les préconisations de la FAO et du CIHEAM. 
Satisfaction, nous en avons été officiellement informés par le département communication de l’Agence en tant qu’organisation représentative mais… en même temps que la Presse. Instantanément, une dépêche AFP annonçait sans nuance (...)