Accueil > Revue De Presse > Aprés NICE Matin, VAR Matin (suite du précédent)

Aprés NICE Matin, VAR Matin (suite du précédent)

mercredi 13 avril 2016 - Rédaction SNP

 Dans sa version Var-matin l’article reprend dans un premier temps le contenu de l’édition de Nice-Matin. Nous n’avons donc rien à rajouter aux commentaires et critiques formulés dans un billet précédent. Dans un second temps il se livre à un panégyrique d’un laboratoire de la Crau en vantant les mérites d’un produit phyto pharmaceutique non (encore) autorisé. Quelques observations :

* Pour le produit ayant une autorisation de mise sur le marché (AMM) concernant exclusivement le ravageur paysandisia toute publicité est formellement interdite Article 40 (Articles L. 253-7 et L. 253-17 du code rural) - Interdiction de la publicité sur les produits phytopharmaceutiques à destination des jardiniers amateurs sauf dans la presse spécialisée.

* Pour un usage concernant la charançon il n’y a pas d’AMM dans ces conditions la légalité du procédé est encore moins admissible car elle doit être analysée comme moyen de faire pression sur les autorités chargées de la délivrance des autorisations.

* La conduite des études, des expérimentations, concernant la validation d’un nouveau produit nécessitent de très gros moyens financiers une AMM peut coûter plusieurs millions d’euros . Elle ne peut donc très engagée que par des sociétés bénéficiant de très gros fonds propres. Nous engageons nos lecteurs faire quelques recherches rapides sur société.com pour vérifier si c’est le cas ici.

* L’utilisation des drônes est formellement interdite en France pour faire des traitements aériens cela été rappelé récemment par le ministère. Seule tolérance les auxiliaires qui échappent à la reglementation produits phyto comme l’ostrinil (Beauveria bassiana),

* L’AGRO AWARD a été décerné à Arysta LifeScience dans la catégorie Best Application Technology Innovation

 Nous mettons donc en garde nos adhérents et lecteurs contre des nouvelles totalement prématurées concernant de nouveaux produits. De plus, la piste du Beauveria n’est pas du tout la seule en recherche bio, D’autres projets plus intéressants existent mais les financements manquent. Pour l’instant donc notre recommandation serait de rester strictement dans le cadre de l’arrêté du 21 juillet 2010 et avec quitte à les panacher les stratégies 2 et 3.

Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)