Accueil > Documentation > Suivi des traitements > Après les Hyérois , les Toulonnais..........?

Après les Hyérois , les Toulonnais..........?

samedi 18 mai 2013 -

À la veille de ce long week-end de Pentecôte, nous avons été saisi par l’arrivée insolite au flanc des stipes des palmiers patrimoine de l’hyper centre de Toulon, non de l’Esprit Saint, mais de plusieurs dizaines de pièges à phéromones de la marque NUFARM.

 S’agit-il d’une expérimentation nouvelle * qui justifierait un spectacle pour tout dire inesthétique et qui résistera mal au furieux mistral ? Au-delà, nous sommes surpris du non-respect des prescriptions du fabricant, qui dans sa documentation technique exclut toute implantation sur le stipe . Au-delà, nous voudrions citer l’avis de l’ANSES ( qui décidément a du mal à entrer dans les crânes) http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article143

 où il dit sur la question

"D. Rochat (INRA) dans un rapport de mission en Espagne (Moncada 28-30/11/2005) explique que chez ce type de ravageur, les phéromones d’agrégation interagissent en synergie avec les composés naturels émis par la plante. Si l’un des deux perd son efficacité, l’attractivité du piège devient médiocre et les charançons sont davantage attirés les palmiers proches du piège. Il est conseillé de placer les pièges à une distance minimum de 25 mètres de tout palmier."

Aucun fabricant de pièges au sol ne prévoit une implantation sur ou au pied du stipe.

Fabricant :PalMatrap
« Ne pas placer les pièges trop près des palmiers ; respecter une distance minimale de 20 m avec le palmier le plus proche (dans la mesure du possible). »

Fabricant : Rhynchotrak
« à distance des palmiers dans un rayon de 3 à 4 m. « 

Fabricant : NUFARM

« ou en hauteur accroché à un support autre que le palmier. »

 Autre référence, l’excellent site de la FREDON Corse qui parle une distance d’au moins 30 m ! http://www.fredon-corse.com/actions/Rhynchophorus_ferrugineus.htm

Enfin NOTE DE SERVICE DGAL/SDQPV/N2011-8076 Date : 25/03/2011
Objet : Mise en oeuvre de l’arrêté national relatif à la lutte contre Rhynchophorus ferrugineus

« situation du piège :
éloigné des palmiers ou sinon protection chimique des palmiers dans un rayon de 25m autour du piège »

Nous continuerons de dénoncer des pratiques comme celle de la taille marguerite et en général à nous intéresser ici ou ailleurs en PACA et LR à l’efficacité des moyens mis en œuvre pour la défense de notre patrimoine. On ne plaisante pas avec ses enjeux.

Une dernière image celle d’un piège à phéromones chinois dont nous avons importé plusieurs exemplaires qui pourrait tenter les propriétaires de palmiers.

Comme nous l’avons déjà écrit, il devient urgent de constituer un groupe de travail avec tous les intervenants de la filière pour mettre sur pied une note méthodologie d’usage des pièges à phéromones qui constituent dans les pays étrangers la base de la lutte préventive.

*À moins qu’il s’agisse d’une expérience de répulsif sujet qui mériterait bien une expérimentation sous contrôle de l’INRA ou du CIRAD.

Portfolio

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)