Accueil > Documentation > L’endothérapie & Syngenta > Applicateurs Syngenta : liste actualisée

Applicateurs Syngenta : liste actualisée

jeudi 29 juin 2017 - Rédaction SNP

Arrivée d’un applicateur à Vence. Après le départ de certains professionnels en particulier du secteur 3D qui par nature demande une efficacité 100 %, le réseau semble se stabiliser même si, comme nous l’avions avancé en 2014 la stratégie aurait mérité une centaine d’applicateurs, mais aujourd’hui il est difficile d’augmenter le numérus clausus places acquises bien sûr. Ceci précisé avec une politique de prix de l’injection (opération de quelques minutes à peine) , variant de 72 € à 234€ la politique commerciale est assez illisible. Cet écart serait une prime à la lutte collective. Nous n’en avons trouvé trouvé aucune définition scientifique ou légale . En pratique elle s’exprime très différemment, plan administré ou simplement initiatives de communication ( site dédié, ou simples flyers). il faut dire que ce tarif de grande braderie devrait se suffire à lui-même.

 Les clients au prix fort seraient bien inspirés d’adresser leurs protestations de la direction générale de la firme ( pourquoi pas en chinois !) et lui demander de justifier de tels écarts de marge.

 Une fois de plus, nous demandons à la firme la généralisation de son tarif à 72 € TTC, tout autre attitude commerciale pourrait se lire comme une sorte de "chantage" exercé sur les élus ce qui serait aussi inélégant qu’inefficace.

 La position de SNP peut se résumer ainsi ; à ce prix de 72 € TTC la stratégie 3 s’impose, à effectuer dès le mois de mars mais comme les retours terrain font apparaître un taux d’échec estimé entre 10 et 15%, qu’à ce niveau la fécondité naturelle du charançon provoquerait une reconstitution très rapide des populations, il convient en conséquence par un réseau de pièges suffisants de contrôler les vols et effectuer en fin de saison 1, 2 ou 3 traitements complémentaires en aérien avec un produit à base de imidaclopride (Confidor, Nuprid...)

On ne peut espérer dans la meilleure hypothèse que contenir l’infestation CRP. Il faut massivement investir sur des alternatives bio à ce même étiage de prix. L’endothérapie sur palmier compte tenu de la physiologie très particulière de ce végétal n’est praticable que quelques années.

Portfolio

Derniers articles

23 février, par Rédaction SNP

Cette fascinante beauté maléfique....

Apprenons à le connaitre, il est superbe mais tellement destructeur on ne lui en veut pas, mais il faut le circonvenir impérativement....
Il s’attaque ici un seul palmier véritablement endémique en Europe.Le Palmier nain, (...)

23 février, par Rédaction SNP

Qu’est-ce que le bio contrôle.....

Le ministère vient de publier cette note qui nous a semblé à la fois simple et claire. Il faut partir de définitions simples pour bien comprendre les enjeux.
D’emblée la notion de contrôle, d’équilibre plutôt que d’éradication (...)

21 février, par Rédaction SNP

Une proposition de loi à suivre....

En ce qui concerne nos ravageurs de palmiers, le problème lancinant est celui de l’impérieuse nécessité de faire disparaître les foyers qui ne sont plus susceptibles de traitements curatifs. On s’est souvent interrogé sur les (...)

Edito

Edito de janvier 2019

15 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Toujours dans un souci de transparence je vous livre ici synthèse de mon intervention le 11 février à la DGAL de Vaugirard à une très importante réunion de concertation sur les suites du rapport ANSES sur le CRP, accompagné de la vice-présidente de l’association.
Remarque préliminaire importante :
Nous constatons partout en zone méditerranéenne une spectaculaire recrudescence du Paysandisia (...)