Accueil > Documentation > Appel à projets > Appel à projets plan Ecophyto II : l’innovation

Appel à projets plan Ecophyto II : l’innovation

dimanche 18 septembre 2016 - Rédaction SNP

Dans le cadre du plan Ecophyto II, les ministères de l’environnement et de l’agriculture se sont associés à la FRB et au Cerema pour mettre en œuvre l’appel à projets de recherche (AAP) « Mise au point de solutions alternatives aux produits phytopharmaceutiques dans les jardins, espaces végétalisés et infrastructures (JEVI) ».  les lauréats seront financés jusqu’à 120 000 € sur trois ans. Cet AAP s’inscrit dans l’axe 2 du plan Ecophyto II « améliorer les connaissances et les outils pour demain et encourager la recherche et l’innovation ». Son objectif : réduire sensiblement l’utilisation, la dépendance, les risques et les impacts des pesticides en assurant un accompagnement des acteurs. Extrait du document de présentation de L’AAP

Le plan national Écophyto II, adopté en octobre 2015 a pour objectif de réduire progressivement l’utilisation, la dépendance, les risques et les impacts des produits phytopharmaceutiques en assurant un accompagnement au changement des acteurs.

Une de ses priorités est d’accélérer la transition vers l’absence de recours aux produits phytopharmaceutiques dans les jardins, les espaces végétalisés et les infrastructures (JEVI *), anciennement appelés zones non agricoles (ZNA). L’usage des produits phytopharmaceutiques (hors produits de biocontrôle, produits autorisés en agriculture biologique et produits à faible risque) sera interdit dès le 1er janvier 2017 pour les collectivités locales, l’État et ses établissements publics, pour l’entretien des espaces verts, des forêts, des voiries (sauf exceptions) ou des promenades, accessibles ou ouverts au public.
De leur côté, les jardiniers amateurs ne pourront plus utiliser de produits phytopharmaceutiques (hors produits de biocontrôle, produits autorisés en agriculture biologique et produits à faible risque) dès le 1 er janvier 2019,  quelles que soient les surfaces concernées. Par ailleurs la vente en libre service sera interdite aux amateurs dès le 1er janvier 2017 (sauf produits de biocontrôle et substances de base).

Pour être encore plus complet il faudrait y rajouter les dispositions de la loi biodiversité portant sur le bannissement des neonics* à compter du 1er septembre 2018. Ceci pose de très graves problèmes ;

 D’abord dans lutte contre le CRP où l’on ne dispose que d’un seul insecticide le Confidor (imidaclopride) . Doit-on considérer que le statut d’insecte en lutte obligatoire du CRP exonératoire des dispositions de la loi Labbé, permettrait de se situer dans le cadre des dérogations à cette suppression générale mais de toutes façons que faire au-delà du 1er juillet 2020 ? SNP va très prochainement proposer à nos soutiens députés et sénateurs de poser au gouvernement une question écrite ou orale. Ensuite le paysandisia archon . classification ? pas en lutte obligatoire : Arrêté du 15 décembre 2014 relatif à la liste des dangers sanitaires deuxième catégorie pour les espèces végétales. Depuis un an constatant le développement fulgurant de ce papillon, SNP demande un changement de classification et la lutte obligatoire. Pour l’instant rien à l’horizon ........réglementaire. Contre nous le mur du zéro Phyto à tout prix.

 En résumé le moins qu’on puisse dire est que le législateur n’a pas tremblé dans ses décisions aux fondements théoriques très formatés et pas hésité à mettre dans une impasse complète les pauvres jardiniers amateurs qui vont se trouver à peu près totalement démunis si des solutions nouvelles ne sont pas trouvées, sans parler du problème du prix où la différence entre phyto et bio est encore beaucoup plus importante qu’entre agriculture raisonnée et agriculture biologique pour l’alimentation.

Cet appel à projets est donc particulièrement bienvenu, il faut vraiment souhaiter qu’il sera un grand succès car il est presque déjà trop tard pour beaucoup d’espèces menacées. l’appel sera clôturé le 23 septembre. SNP suit cette démarche avec une particulière attention. Dans une récente interview donnée au lien horticole n’a-t-on pas lancé l’idée d’un PALM PROTECT 2 uniquement orientée sur des start-up et la recherche appliquée ?

 

* apparition d’un nouveau vocabulaire pour "branchés" : JEVI pour ZNA simplement zones non agricoles, Néonics pour Néonicotinoïdes, la palme pour, dépendances vertes des infrastructures linéaires routières pour bordures routières !

Derniers articles

23 novembre, par Rédaction SNP

La colère des pétitionnaires...... niçois

Ils sont furieux les niçois pieds-noirs et les autres, amoureux du palmier des deux côtés de la Méditerranée, ils ne comprennent plus que sous couvert d’une politique écologiste basique leurs palmiers patrimoine centenaires (...)

19 novembre, par Rédaction SNP

Qu’est-ce que le push and pull ?

Intéressante communication de cette organisation internationale et de son programme ICIPE de maîtrise biologique d’un ravageur apparemment extrêmement redoutable à l’échelle du continent africain. Pourquoi de telles technologies (...)

18 novembre, par Rédaction SNP

Tous à Monaco.... le 15 décembre

Désormais régulières ces rencontres à l’initiative de la direction de l’aménagement urbain de la principauté * élaborées en collaboration avec Robert Catellana Listephoenix, l’association des Fous de Palmiers et SNP permettent de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)