Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > AN : Néonicotinoïdes, coup tordu et grands effets

AN : Néonicotinoïdes, coup tordu et grands effets

samedi 19 mars 2016 - Rédaction SNP

 Un événement qui vous permet d’apprécier l’état de notre démocratie.

 Sur un sujet majeur affectant en profondeur la totalité de notre agriculture, le ministre s’était fendu d’une lettre de quatre pages pour expliquer aux députés pourquoi il fallait repousser un amendement bannissant ces molécules car la réalité était beaucoup plus complexe que la propagande écolo et les enjeux économiques considérables.

La quasi-totalité de la représentation nationale n’en a eu cure (voir l’analyse du scrutin ). Sur 577 députés 10 % ont voté, 28 contre / 30 pour l’amendement ( moins de 5 % !!!!) une seule abstention le judoka aux pièces jaunes , qui a du se tromper de tatami. Donc une affolante démission de responsabilités particulièrement pour les députés des régions agricoles. En ce qui concerne la région PACA 42 députés même constat calamiteux à une  remarquable exception le VAR huit députés votants 3, contre 3 ( Olivier Audibert-Trouin, Josette Pons, Philippe Vitel ( dommage pour les autres varois...)

Le plus amusant c’est que pour un scrutin réputé serré, il l’a été, le groupe écologiste n’a eu que 9 présents sur 17.

Interdiction pour septembre 2018* . Pour le reste, les conséquences pour l’agriculture seront considérables. la France fait figure d’exception au niveau européen. Il en résultera une perte de compétitivité gravissime. Le gouvernement n’a pas réussi à mobiliser ses troupes, Dominique Potier un fidèle du gouvernement s’est trouvé un empêchement. Mais beaucoup plus scandaleux l’incroyable passivité de la droite et du centre qui s’étaient déclarés opposés à plusieurs reprises à cette interdiction et ont cependant déserté l’hémicycle  !!!!

L’auteur de l’amendement, le président de la commission du Développement durable Jean-Paul Chanteguet affirme avoir voulu "adresser un signal fort aux groupes chimiques, aux agriculteurs, et à l’exécutif" "Un arrêté fournira "des réponses concrètes aux exploitants agricoles, confrontés à la brusque apparition d’un ravageur, qui pourrait compromettre leurs récoltes" On peut difficilement imaginer un comportement plus cynique et irresponsable.

 Vive la démocratie représentative !!!!

* Pour ce qui nous concerne il est probable que la dérogation sera maintenue s’agissant d’une lutte obligatoire contre CRP, mais il faut qu’elle reste. Nous devons être extrêmement vigilants sur ce point car tout abandon impliquerait par l’application de la loi Labbé l’interdiction de l’utilisation de cet insectide. Alors il faudra abandonner la lutte tout court.

Remarques :

-La bataille fait rage aux États-Unis aussi dans l’Illinois https://shar.es/1Ysc3L   ; mais on sent bien que les intérêts des agriculteurs ne sont pas là bas confiés à des citadins armés de certitude, qui se moquent "royalement" du quotidien des paysans.

- Anton Suwaki écrit Le Monde : le quotidien anti-pesticides de référence

http://imposteurs.over-blog.com/2016/03/le-monde-le-quotidien-anti-pesticides-de-reference.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

Portfolio

Derniers articles

14 novembre, par Rédaction SNP

Piégeage : tous avec la Casa....

Nous proposons un autre type de piège chargé de la même phéromone, en même temps nous soutenons fermement la politique de piégeage de la Casa ainsi que celle de la Cavem.
Son efficacité est d’autant plus grande que des (...)

13 novembre, par Rédaction SNP

Un autre regard sur le piégeage massif

La mouche de l’olive est un grand fléau de l’oléiculture. En même temps grand consommateur de phytosanitaires autrefois du diméthoate. la pratique de piégeage massif est vite apparue comme une alternative crédible. Mais comme (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)