Accueil > Documentation > Acoustique & sismique > AGRINT au secours de l’endothérapie ?

AGRINT au secours de l’endothérapie ?

dimanche 24 septembre 2017 - Rédaction SNP

Tout le monde se souvient de la conférence de Monaco en décembre 2016 où avec nos partenaires nous avions convié la société AGRINT, à venir présenter sa proposition de détection de la présence charançon basée sur des données sismiques. La démarche extrêmement originale permet d’espérer des performances très supérieures à la détection acoustique. http://www.agrint.net. Récemment, une autre communication a permis de penser que la firme irait rapidement maintenant, à la rencontre du marché.

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/une-nouvelle-publication-annonciatrice-de-la.html

Nous n’avons pas d’autres précisions particulièrement en ce qui concerne le prix de ces produits et leur système de distribution, mais cela n’interdit pas d’imaginer l’accueil possible par le marché français.

Si nous partons de l’hypothèse, qui semble réaliste, que ces détecteurs sont capables de déceler la présence de deux ou trois larves de charançon en train de forer des bases de palme en approche du bourgeon apical. La réaction à cette information devrait être une intervention immédiate pour stopper les tueurs . Compte tenu du caractère précoce de l’infestation, le caractère limité des dégradations, il est bien entendu exclu de procéder aux opérations de chirurgie lourde, autrement appelées assainissement mécanique.

La réponse doit donc être adaptée et curative. On pense évidemment à l’injection. La première difficulté est que la réglementation française interdit de recourir à l’endothérapie ( produit REVIVE) autrement qu’en préventif. Il n’y a aucune explication à cette restriction. Il n’existe aucune étude sérieuse sur les raisons pour lesquelles une injection sur un sujet atteint est vouée à l’échec. Tout au contraire, en Italie en particulier, les exemples abandonnent sur des palmiers sauvés par des injections en pied de couronne. Il y a trois ans la DGAL a fait un important investissement # 250 000 € dans une étude plein-champ à Perpignan, pour étudier les conditions de circulation de la sève porteuse de la molécule létale à l’intérieur du stipe. Inexplicable silence sur le sort d’un investissement public. Cette expérimentation serait-elle définitivement tombée dans les oubliettes la rue de Vaugirard ?

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/un-appel-d-offres-qui-rend-perplexe.html

 SNP appelle à une clarification de la réglementation, autorisant l’injection dans toutes les situations. On pourrait même prétendre que l’endothérapie qui blesse terriblement les stipes, par essence geste chirurgical de champ de bataille, serait sauvée par le détecteur de la société AGRINT.....

 

 

Derniers articles

23 avril, par Rédaction SNP

Le Beauveria serait-il hallucinogène ?!!

Il y a tout juste un mois nous annoncions la sortie tant attendue, de la nouvelle souche du champignon Beauveria Bassiana NPP-B111005 réputée solution biologique contre le CRP. (...)

20 avril, par Rédaction SNP

De l’intérêt des missions parlementaires...

Nous avons pris un peu de temps pour écouter sur la chaîne de l’Assemblée nationale retransmission de certaines auditions. Première observation un seul industriel invité : notre partenaire phéromones M2 I life science. (...)

19 avril, par Rédaction SNP

Ecophyto-pro.fr-lettre 81- avril 2018

https://www.ecophyto-pro.fr/lettre/lire/81
Beaucoup d’informations quelquefois un peu redondantes. Satisfaction de constater que sur les points qui nous concernent nous l’avions publié précédemment.
Pour le reste (...)

Edito

Edito de mars 2018

15 avril, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
La nouvelle du mois est la publication de la décision de la commission européenne d’abandonner la lutte obligatoire contre le charançon rouge au 1er septembre de cette année....... une énorme bévue écologique !
Sur le papier, ç’est mettre à la poubelle toute la réglementation française. Nous avons instantanément sollicité le ministère de l’agriculture (SRAL PACA et DGAL). Silence... la grande muette (...)