Accueil > Documentation > Acoustique & sismique > AGRINT au secours de l’endothérapie ?

AGRINT au secours de l’endothérapie ?

dimanche 24 septembre 2017 - Rédaction SNP

Tout le monde se souvient de la conférence de Monaco en décembre 2016 où avec nos partenaires nous avions convié la société AGRINT, à venir présenter sa proposition de détection de la présence charançon basée sur des données sismiques. La démarche extrêmement originale permet d’espérer des performances très supérieures à la détection acoustique. http://www.agrint.net. Récemment, une autre communication a permis de penser que la firme irait rapidement maintenant, à la rencontre du marché.

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/une-nouvelle-publication-annonciatrice-de-la.html

Nous n’avons pas d’autres précisions particulièrement en ce qui concerne le prix de ces produits et leur système de distribution, mais cela n’interdit pas d’imaginer l’accueil possible par le marché français.

Si nous partons de l’hypothèse, qui semble réaliste, que ces détecteurs sont capables de déceler la présence de deux ou trois larves de charançon en train de forer des bases de palme en approche du bourgeon apical. La réaction à cette information devrait être une intervention immédiate pour stopper les tueurs . Compte tenu du caractère précoce de l’infestation, le caractère limité des dégradations, il est bien entendu exclu de procéder aux opérations de chirurgie lourde, autrement appelées assainissement mécanique.

La réponse doit donc être adaptée et curative. On pense évidemment à l’injection. La première difficulté est que la réglementation française interdit de recourir à l’endothérapie ( produit REVIVE) autrement qu’en préventif. Il n’y a aucune explication à cette restriction. Il n’existe aucune étude sérieuse sur les raisons pour lesquelles une injection sur un sujet atteint est vouée à l’échec. Tout au contraire, en Italie en particulier, les exemples abandonnent sur des palmiers sauvés par des injections en pied de couronne. Il y a trois ans la DGAL a fait un important investissement # 250 000 € dans une étude plein-champ à Perpignan, pour étudier les conditions de circulation de la sève porteuse de la molécule létale à l’intérieur du stipe. Inexplicable silence sur le sort d’un investissement public. Cette expérimentation serait-elle définitivement tombée dans les oubliettes la rue de Vaugirard ?

https://www.sauvonsnospalmiers.fr/un-appel-d-offres-qui-rend-perplexe.html

 SNP appelle à une clarification de la réglementation, autorisant l’injection dans toutes les situations. On pourrait même prétendre que l’endothérapie qui blesse terriblement les stipes, par essence geste chirurgical de champ de bataille, serait sauvée par le détecteur de la société AGRINT.....

 

 

Derniers articles

8 décembre, par Rédaction SNP

FAO 2020 L’année internationale de la protection des plantes

Rappel : version française changer la langue de l’original puis revenir au français.
S’il en était encore besoin, la démarche historique de la FAO confirme la nécessité de protéger aussi le patrimoine des palmiers de (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

Dominique Coutinot N° 56

Encore plus important que d’habitude.... le formidable travail gratuit on ne le dira jamais assez , de Dominique Coutinot.
Tentez de lire la réglementation phytosanitaire en vigueur au 14 décembre 2019
Rassurez-vous un (...)

6 décembre, par Rédaction SNP

Mouvement préfectoral chez les Fous de Palmiers

Le président Pierre Olivier Albano communique : "Modifications organisation relative aux problématiques des ravageurs de palmiers.
L’organisation régionale est désormais la suivante, en particulier pour les réunions CROSPAV (...)

Edito

Edito d’octobre 2019

30 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Assez peu de posts ce mois-ci, en dehors de la publication de l’article dans PHYTOMA à la signature d’Éric Chapin (Cosave, Lien Horticole....) " charançon rouge du palmier : évolutions techniques et réglementaires et auquel nous avons modestement participé ce qui est tout de même, une première.
Ce mois-ci a été aussi celui de l’annonce du colloque sur les Ravageurs de Palmiers, fin novembre à Monaco (...)