Accueil > L’association > Vie de l’association > AG, Sauvons Nos Palmiers du 26/03/13 Toulon

AG, Sauvons Nos Palmiers du 26/03/13 Toulon

mardi 2 avril 2013 - Rédaction SNP

Assemblée générale ordinaire extraordinaire peut valablement délibérer.

Une soixantaine de participants, 40 pouvoirs, un président perfectible en manipulation PowerPoint, un professeur Claude Bruno passionnant et peu académique, un trésorier un peu dubitatif sur les ambitions de l’association et ses ressources actuelles, un webmaster passionné et didactique..... bref une bonne réunion, occasion de recharger ses batteries en prenant conscience des fortes attentes de tous ses amis passionnés inquiets pour leurs palmiers.
En detail
A- rapport financier  : présenté adopté à l’unanimité 

B- modifications statutaires présentées adoptées à l’unanimité

1/ Nom :" L’association qui se prénomme GDSET SAUVONS NOS PALMIERS s’appellera désormais SAUVONS NOS PALMIERS"
2/ Objet "L’association principalement dans les régions PACA et Languedoc-Roussillon défend de la biodiversité et le maintien de notre patrimoine de palmiers , public et privé gravement menacé pa

r les ravageurs ( charançon rouge et paysandisia archon) elle assume à la fois la représentation des propriétaires privés, des propositions d’évolution du cadre réglementaire, la recherche d’une nouvelles solutions d’éradication ou du contrôle des ravageurs
l’information et la formation des publics concernés."
3/
" l’association pourra proposer à ses membres et non membres des prestations de conseil, des équipements complémentaires de lutte contre le ravageurs, des produits dans les limites prévues par la loi."
4/ " le montant de la cotisation est fixé chaque année par l’assemblée générale" pour 2013 inchangé
5/ " Les ressources de l’association sont constituées des cotisations des dons et de la vente de services et de produits conforme à son objet, à des subventions de l’État, de la Région, du département de communes, et de partenariats toutes ses ressources devant être autorisé par la loi"

6/ 
" il est procédé à la création d’un conseil d’administration composé outre les membres du bureau d’un nombre limité à 12 d’administrateurs

il est procédé au renouvellement partiel du bureau démission de Monsieur Simon Jean
( secrétaire) (quitus de son action et remerciements) nomination de Madame Sylvie Mazalon la dénomination du poste passant à" vice-président(e)"
par ailleurs l’assemblée à nommé administrateurs les personnes suivantes ;
Madame Sylvie Mazalon vice-présidente
, Madame Colette Pietra
, Monsieur Antoine de Tata, 
Monsieur Yves Pia
, Monsieur Michel Joset, 
Monsieur Jean-Marie Frizolle
, Monsieur Xavier Lorino,Monsieur Michel Bergès, 
Monsieur Quentin Demé
, Mademoiselle Nadia Moncif

"
le bureau actuellement composé de trois personnes pourra sur décision du président porter à six sa composition par la création de trois postes supplémentaires de vice-président"
7/" actuellement les assemblées générales peuvent statuer sans quantum il est décidé la création d’un quantum de 10 %"" Le président autorisé s’il le souhaite à organiser la tenue d’assemblées générales immatérielles à charge de pouvoir justifier en utilisant le dispositif dit de pétition que les adhérents ont bien reçu lors convocation et qu’ils expriment leur vote par une validation de dispositions proposées avec confirmation par adresse mail".

Le président confirme bien l’esprit de cette importante modification statutaire :

1-Confirmer la dimension atteinte par l’association ; à partir de la défense des intérêts des propriétaires privés victimes des ravageurs du palmier des régions PACA et Languedoc-Roussillon viser l’intérêt général de tous nos concitoyens sur ce sujet.

2-Muscler son organisation par la création d’un poste de vice-président(e), la nomination d’un conseil d’administration de 12 membres maximum.

3- Sécuriser par le développement d’activités de prestations de service en assurant des ressources pérennes à l’association.

C- la bataille pour la généralisation de l’endothérapie

 Seule et ultime chance de triompher de ces ravageurs et en particulier du charançon, la généralisation à tout le territoire la pratique de l’endothérapie avec une molécule adéquate dont l’AMM est en cours d’examen par l’ANSES.

 Pour atteindre cet objectif l’association développe depuis des mois déjà une intense campagne de lobbying. Celle-ci passe par la mobilisation

*de la profession et de la communauté scientifique pour dire aux pouvoirs publics les mesures qu’il conviendrait de prendre.

* des élus de la République pour qu’ils expriment les attentes de leurs concitoyens.

 L’action phare actuellement est une pétition à remettre au ministre de l’agriculture, de même l’ association est très présente auprès des élus suscitant des lettres communes et des questions à l’assemblée.

 Le printemps 2013 sera celui de la réussite de l’échec de notre engagement en faveur de l’endothérapie.

D- les nouvelles approches

l’association va s’attacher à codifier les différentes méthodes d’intervention pour apporter à ses membres des conseils pratiques très élaborés. Parallèlement elle va développer .une collaboration continue avec la profession et un échange d’informations permanent.


 L’association continue également d’ambitionner à faire apparaître de nouveaux moyens de lutte ;

 * lutte intégrée par piégeage massif baisse des coûts par le développement d’importations.

* utilisation de produits répulsifs couplés à des piégeages

* Suivi des développements de génie génétique à l’étranger

 * Suivi des expérimentations de lutte biologique en termes d’efficacité scientifique et économique.

**********************

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)