Accueil > Documentation > A quelque chose malheur est bon

A quelque chose malheur est bon

mardi 30 avril 2013 - Rédaction SNP

 les merveilles de la Californie du Sud mais certaines espèces se plaisent beaucoup aussi chez nous.

 Commençons de rattraper notre retard dans la connaissance des différents palmiers ( votre serviteur étant sur ce point au fond de la classe !). Nos amis des fous de palmiers, société savante de référence pourront sans doute nous y aider.

 Nous aurions dû être plus exigeants pour nous-mêmes et surtout attentifs à obtenir de la plupart des collectivités locales de se livrer un peuplement intelligent et diversifié seul recours contre une architecture souvent triviale. 

Portfolio

Derniers articles

16 août, par Rédaction SNP

Eric Chapin conseille...

Source Lien horticole N° 314
En cette période estivale, les bioagresseurs ne font pas de pause. Notre expert en protection des plantes, Éric Chapin, synthétise quelques observations sur l’état des plantations et (...)

15 août, par Rédaction SNP

R&D la France à la traîne...

un classement qui explique beaucoup de choses...
S’il existe un autre classement en Recherche fondamentale il est plus que probable que nous serions mieux placés. Ceci explique cela et donc nos pauvres palmiers (...)

13 août, par Rédaction SNP

La Stratégie Phoemyc

Avec quelque retard, vacances obligent, voici donc une documentation sur ce nouveau produit * qui présente des caractéristiques extrêmement intéressantes en terme de cout et d’efficacité. On est guère surpris de l’accueil d’ores (...)

Edito

Edito de juillet 2018

10 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Je vous avais promis de tout vous dire sur la gestion des palmiers de Nice. J’y reviendrai car malheureusement l’actualité réglementaire prend le pas. Simplement le temps de vous confier que nous avons au dossier une lettre de Bernard Baudin du 17 décembre 2014 Conseiller Espaces Verts du Maire de Nice qui reconnaît refuser l’application de l’arrêté du 21 juillet 2010 en affirmant n’utiliser que des (...)