Accueil > Documentation > A quelque chose malheur est bon

A quelque chose malheur est bon

mardi 30 avril 2013 - Rédaction SNP

 les merveilles de la Californie du Sud mais certaines espèces se plaisent beaucoup aussi chez nous.

 Commençons de rattraper notre retard dans la connaissance des différents palmiers ( votre serviteur étant sur ce point au fond de la classe !). Nos amis des fous de palmiers, société savante de référence pourront sans doute nous y aider.

 Nous aurions dû être plus exigeants pour nous-mêmes et surtout attentifs à obtenir de la plupart des collectivités locales de se livrer un peuplement intelligent et diversifié seul recours contre une architecture souvent triviale. 

Portfolio

Derniers articles

17 avril, par Rédaction SNP

Le piégeage et les e-pièges

N’oubliez pas, vous passez à une autre langue n’importe laquelle et vous revenez au français
Development of Automated Devices for the Monitoring of Insect Pests
Andrea Sciarretta*, Pasquale Calabrese
Department of (...)

17 avril, par Rédaction SNP

L’appel à projets de la région Sud (ex PACA)

la Région Sud vient de refondre totalement son site. Ell nous en a informé. Nous en avons profité pour voir quelle place elle avait réservé à la lutte contre les ravageurs de palmiers(portofolio) L’appel à projets "adopt’un (...)

17 avril, par Rédaction SNP

Les fondamentaux

Pour prendre la mesure de notre défi il faut en rappeler les fondamentaux. On relève par ailleurs
- mention du coût exorbitant de la lutte dans les pays occidentaux
- l’importance du piégeage et de la détection précoce (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)