Accueil > Revue De Presse > 3 acteurs au banc d’essai SNP...

3 acteurs au banc d’essai SNP...

dimanche 3 mai 2015 - Rédaction SNP


 Acteur 1 : La Firme SYNGENTA Bernard Courtial


Notre avis


 Pour obtenir une autorisation de mise sur le marché AMM ( REVIVE le produit SYNGENTA est le seul insecticide qui a reçu une AMM en 2014), il faut dépenser beaucoup d’argent (peut-être plus que des milliers d’euros). La firme est seule juge de la durée d’amortissement de ses frais de recherche. Rappelons pour l’ensemble de son activité, elle dépense annuellement 1,2 milliard de $. Il faut les avoir, certains qui ont des prétentions sur ce marché en sont à des années lumière.


Le prix des stratégies 1,2,3 : Quelle erreur de croire qu’en France on respecte les lois. SYNGENTA s’est cru trop vite comparativement compétitive, sauf que les particuliers avec le secours d’un ami agriculteur ou d’Internet se sont généralement très bien occupés de leurs palmiers, et que les Mairies n’ont généralement pas fait de prévention même quand elle était obligatoire. CQFD. En faisant constater à SYNGENTA qu’elle s’était quelque peu trompée dans ses termes de comparaison, nous avons obtenu une première modeste baisse tarifaire.


Le prix : Oui, une situation de monopole, merci à BASF, BAYER, NUFARM., DOW AGRO...... Il faut se contenter de demander à SYNGENTA des réductions en fonction des volumes. SNP a pu obtenir, pour ses membres, un tarif préférentiel dégressif qui va jusqu’à 192 € et nous sommes en négociation continue avec la firme dans des rapports donnant-donnant, gagnant-gagnant.


Bernard Courtial : s’est assez bien défendu.


Acteur 2 : le collectif de sauvegarde des palmiers Guy Hily


 Notre avis


En saluant la création de cette organisation nous avions souhaité en connaître davantage sur sa composition. http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1082 http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1099 Notre curiosité reste intacte, d’autant que le site du collectif est introuvable. On se contentera de relever qu’il revendique une vocation nationale et même internationale.


Deux ambitions déclarées, "un peu" contradictoires : obtenir de la firme une réduction pour un groupe de propriétaires et une remise en question du monopole. Renseignements pris auprès de SYNGENTA pour la première, aucune prise de contact de la part de ce collectif . La seconde ne devrait pas l’inquiéter beaucoup . En effet, toutes les imprécations en direction des pouvoirs publics n’auront aucune portée dans un marché libre. Pour être concurrent il faut avoir une AMM. Les comparatifs "bidons" pour les amateurs d’AliBaba ne convaincront personne comme nous l’avons indiqué à plusieurs reprises sur le site voir notre article "Endothérapie c’est pas chinois ?" http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article944  ; la réalité est forcément infiniment plus complexe. Il ne faut pas jouer les apprentis sorciers, car, quand vous vous en apercevrez, votre palmier sera mort.


Que reste-t-il à ce collectif ? écrire aux ministères pour demander " une ouverture de la concurrence entre applicateurs" : quand on sait ce que gagne les "pauvres" applicateurs du réseau SYNGENTA on a du mal à suivre .... sans vouloir anticiper, fonder un espoir sur une démarche à la DIRECCTE ...!?


Enfin les tarifs n’ont rien de folkloriques, c’est bien ce qui change par rapport aux pratiques antérieures : les voici http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?rubrique108 . En cas de dérapage (fort improbable) introduire immédiatement une réclamation auprès de la firme.


Guy Hily : peut mieux faire


Acteur 3 : le député-maire Jean-Pierre Giran


Notre avis


Avec vous, Monsieur le député-maire, nous nous sommes battus pour sensibiliser les pouvoirs publics à la nécessité de compléter les stratégies 1 et 2 dont nous avions pris conscience qu’elles n’étaient plus à la hauteur de la situation. Mais tout de même, restons un peu sur cette catastrophe que représente la perte de la moitié du patrimoine Phoenix de votre ville . Une saignée de près de 1500 sujets plantés par vos illustres prédécesseurs ( Geoffroy de Saint-Hilaire.....), probablement le double dans le domaine privé, fierté de nos grand-pères et arrière-grand-pères. SNP est persuadée des vertus de ce devoir de mémoire.


Il faut continuer à réfléchir aux raisons de cette catastrophe environnementale. Nous l’avons écrit maintes fois, la politique de prévention, certes très onéreuse avec les stratégies 1 et 2, n’a pas été assez volontariste. La ville n’a reçu aucun appui financier, contrairement à Nice qui n’en avait pas besoin ! Quant aux particuliers, ils ont été, sauf exception, mal conseillés par des marchands du temple.


La stratégie 3 va-t-elle nous sauver ? Vous l’avez clairement choisi en mettant de l’ordre dans l’illisible stratégie de votre prédécesseur. Aux promesses d’un technique biologique ( le champignon Beauveria Bassiana ) la municipalité a donc choisi de privilégier l’endothérapie," On ne traite pas une hémorragie par l’homéopathie : on opère" indique Jean-Pierre Giran. On a perdu la moitié des palmiers, il est temps d’opérer. »


Jean Pierre Giran : clair dans le verbe, attendu dans l’action


http://giran.fr/2015/05/02/420-palmiers-du-littoral-traites-par-endotherapie/


 

Derniers articles

22 juin, par Rédaction SNP

Occitanie ....... c’est fini ?

Source le moniteur des TP. https://www.lemoniteur.fr/article/communes-fleuries-d-occitanie-perpignan-stimule-les-nouveaux-usages-4-4.822944
« La première année de mise en œuvre du Plan Canopée de la ville de Perpignan produit (...)

Edito

Edito de mai 2018

5 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans conteste, ce mois a été dominé par la lettre reçue du secrétaire d’État auprès du premier ministre Christophe CASTANER. Nous avions réussi à l’approcher car aux élections régionales de 95 interrogé par SNP il avait manifesté un intérêt personnel pour la sauvegarde des palmiers. Nous ne l’avions pas oublié et lui non plus.
Par ce courrier reconnaissant à votre association le rôle d’un sachant à (...)