Accueil > Documentation > L’endothérapie & Syngenta > Var Esterel Cavem (Communiqué)

Var Esterel Cavem (Communiqué)

dimanche 22 mai 2016 - Rédaction SNP


Le Communiqué : http://urlz.fr/3ArZ
4 observations :

1- Contrairement à l’article de Var matin du 22 avril qui au détour d’une légende photo annonçait un volume possible de 3500 palmiers il n’y a ici aucune indication du volume qui pourrait justifier un tel tarif. La firme refuse de communiquer sur ce point ainsi que sur l’éventuel mécanisme de compensation financière à la charge de la collectivité si l’objectif n’est pas atteint.

2- Le rabattage des inflorescences mâle ou femelle ( le décret ne fait pas la distinction) est obligatoire. L’opération est délicate, il faut faire le tour de toute la couronne, dangereux : terribles aiguilles, produit beaucoup de résidus qu’il faut bien se garder de broyer sur place ( phéromone d’attraction). Dans une étude de prix nous l’avions chiffré à 120 hors taxes, dès lors on voit mal comment une telle prestation peut être incluse dans un tout compris à 72 € TTC !!! 

3- Sur le site de la CAVEM il est prévu des traitements jusqu’à fin juillet, pas de chance l’arrêté dit fin juin ! ce n’est pas rien....http://propalmes83.com/index.php/actualites2/49-ouverture-des-inscriptions-pour-les-traitements

4- Très très short liste des applicateurs candidats pour ce chantier théoriquement important : trois personnes dont 2 nouveaux ( éligibles ?). Cavem parle de son réseau propre ce qui n’est conforme ni à la lettre ni à l’esprit de l’arrêté. Cela signifie aussi que contrairement à ce que Syngenta a toujours formellement défendu elle n’est plus seule maîtresse des conditions d’application de son produit.

En conclusion, quand nous écrivions "stratégie commerciale illisible" c’est en rapprochant deux information indiscutables :

Tarif TREE CARE 2016 TTC gros chantiers > 239 Palmiers et plus de 162 € (par applicateur Syngenta ) à 129,6 € en régie municipale.

CAVEM 72 €TTC / injection par applicateur agréé Syngenta y compris le rabattage des inflorescences obligatoire. Volume d’ injections attendu = inconnu. La firme évoque verbalement # 3500 injections . Il est impossible qu’elle n’ait pas des garanties et un dispositif de sanctions financières pour la communauté d’agglomération si les quotas ne sont pas atteints.

Une entreprise aussi réputée que SYNGENTA ne peut pas se permettre de facturer à ses clients actuels entre 258 € TTC un palmier et 192 € TTC 20 palmiers et plus, et facturer tout de suite ( et en plus un prix garanti pour les deux prochains exercices), à n’importe quel heureux propriétaire de la communauté d’agglomération CAVEM 72 € TTC avec en prime le rabattage des inflorescences , gratuit............!!
On comprendra qu’en qualifiant cette "stratégie commerciale d’illisible" nous étions dans l’antiphrase. A ce niveau, nous recommanderions la prudence pour ne pas pénétrer dans la zone d’une baisse artificielle de prix abusivement bas , pratique anticoncurrentielle qui peut être sanctionnée dès lors que le prix pour le consommateur est insuffisant par rapport aux coûts de production.

Portfolio

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)