Accueil > Documentation > Autres ravageurs > Chenille procéssionnaire du pin > M2i life Sciences primée par S ROYAL

M2i life Sciences primée par S ROYAL

dimanche 25 octobre 2015 - Rédaction SNP

 Est-il encore besoin de souligner le dynamisme exceptionnel de cette société, leader européen de la fabrication de phéromones ( qui est également notre fournisseur ).
Dans la lutte extrêmement difficile contre la chenille procéssionnaire du pin M2i Life fait ici une réelle innovation récompensée à juste titre par le ministère de l’écologie
SNP a toujours en projet une expérimentation de piégeage massif du CRP que nous avons du mal à faire avancer.
Par ailleurs nous sommes extrêmement attentifs au partenariat qui existe (?) entre INRA Versailles et cette société pour la mise au point d’une phéromone concernant le Paysandisia archon ( découverte de l’équipe de Brigitte Frérot).
 

 

 

Une entreprise de Lacq primée pour sa méthode écologique contre la chenille processionnaire

Par Eric Normand

 

L’entreprise M2i Life Sciences vient d’être récompensée pour la méthode innovante contre la chenille processionnaire du pin qu’elle a mise au point dans ses laboratoires de Lacq. La société, qui est originaire des Bouches-du-Rhône mais emploie une vingtaine de personnes à Lacq, a reçu la semaine dernière le prix "entreprise et innovation" du ministère de l’écologie, des mains de Ségolène Royal. Ce prix récompense les entreprises innovantes dont les réalisations sont jugées exemplaires dans le domaine environnementale.

"Afin de se substituer aux méthodes actuelles de luttes, pesticides présentant un risque pour la santé, nous avons conçu un procédé innovant de confusion sexuelle par phéromones (substance chimique émise par les animaux). Il s’agit, pendant la période de vol, de saturer l’air avec une quantité de phéromone sexuelle de l’insecte, afin d’empêcher les mâles de détecter les femelles et donc de limiter les accouplements" indique Johann Fournil, de M2i. 

En France, la chenille processionnaire colonise la forêt. Plus de 300 000 hectares sont touchés. (D.R)

Ce phéromone, qui se présente sous forme de gel, est inséré dans des billes biodégradables de paintball qui sont projetées sur les arbres à plus de 10 mètres de haut. "Plus la dépose est en hauteur et plus la démarche est efficace. Cette méthode est plus pratique que le piégeage des papillons ou des chenilles, plus efficace et plus discrète."

Ce prix devrait offrir une visibilité à l’entreprise qui expérimente actuellement cette solution avec l’INRA d’Avignon. Notamment dans un but de commercialisation. Le marché en tout cas est bien réel. On estime que plus de 300 000 hectares de forêt et 67% des communes françaises sont touchées par la chenille processionnaire du pin. "Ce ravageur, outre son impact désastreux sur la pinèdes du territoire, constitue un problème de santé publique car sa chenille est très fortement urticante et dangereuse pour les riverains et les animaux."
 

© 2015 La république des pyrénées.fr Publié le 19/10/2015

 

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)