Accueil > Réglementation > Veille technologique > INRA , CIRAD, CNRS.........la modestie

INRA , CIRAD, CNRS.........la modestie

samedi 6 avril 2013 - Rédaction SNP

Cette découverte est majeure car nous ne connaissions pas jusqu’à présent de phéromones actives pour les Paysandisia archon. Puisque la production synthétisée de ces substances est possible on ne peut que souhaiter une mise en œuvre extrêmement rapide en vérifiant parallèlement que les pièges actuellement utilisés pour le charançon pourraient être conservés.

 Pour le reste nous objecterons que le piégeage ( non massif ) des ravageurs du palmier n’est pas à proprement parler un moyen de lutte mais de détection. Il pourra le devenir à condition que l’INRA ou d’autres organisations mettent sur pied une méthodologie de piégeage+prévention dont les enseignements conduiront à une politique de traitements bio ou phyto ( fonction du prix et des conditions climatiques) adaptée à la situation constatée.

 en tout cas bravo INRA/CIRAD/CNRS

ARTICLE LIEN HORTICOLE 05/13

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)