Accueil > COPIL , CROPSAV.... COLLOQUES FAO CIHEAM UNESCO > Des enjeux colossaux.....

Des enjeux colossaux.....

samedi 1er février 2020 - Rédaction SNP

 Sur proposition de la Finlande, la FAO a décidé en 2019 d’affaires 2020 l’IYPH International Year of Plant Health En voici les enjeux qu’ils sont colossaux.

 Voilà pourquoi notre lutte contre les ravageurs de palmiers est un challenge mondial.

La FAO lance 2020 comme l’Année internationale de la santé des plantes des Nations Unies
Les plantes représentent 80 pour cent de notre nourriture, mais elles sont sous la menace constante et croissante des ravageurs et des maladies
Le Directeur général de la FAO lance l’IYPH.

2 décembre 2019, Rome - L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé aujourd’hui l’Année internationale de la santé des plantes (IYPH) des Nations Unies pour 2020, qui vise à sensibiliser le monde sur la façon dont la protection de la santé des plantes peut aider à mettre un terme à la faim et à réduire la pauvreté, protéger l’environnement et stimuler le développement économique.

Les plantes représentent 80% de la nourriture que nous mangeons et produisent 98% de l’oxygène que nous respirons. Pourtant, ils sont sous la menace constante et croissante des ravageurs et des maladies.

Chaque année, jusqu’à 40 pour cent des cultures vivrières mondiales sont perdues à cause des ravageurs et des maladies des plantes. Cela entraîne des pertes commerciales agricoles annuelles de plus de 220 milliards de dollars, laisse des millions de personnes face à la faim et endommage gravement l’agriculture - la principale source de revenus pour les communautés rurales pauvres.

C’est pourquoi les politiques et les actions visant à promouvoir la santé des plantes sont fondamentales pour atteindre les objectifs de développement durable.

« Les plantes constituent la base de la vie sur Terre et elles sont le pilier le plus important de la nutrition humaine. Mais les plantes saines ne sont pas quelque chose que nous pouvons tenir pour acquis », a déclaré le Directeur général de la FAO, Qu Dongyu, qui a lancé l’Année en marge de la réunion du Conseil de l’agence des Nations Unies.

Le changement climatique et les activités humaines modifient les écosystèmes, réduisent la biodiversité et créent des conditions propices aux ravageurs. Dans le même temps, les voyages et le commerce internationaux ont triplé en volume au cours de la dernière décennie et peuvent rapidement propager des ravageurs et des maladies dans le monde, causant de grands dommages aux plantes indigènes et à l’environnement.

"Comme pour la santé humaine ou animale, mieux vaut prévenir que soigner", a souligné le chef de la FAO.

La protection des plantes contre les ravageurs et les maladies est beaucoup plus rentable que la gestion des urgences phytosanitaires à part entière. Les ravageurs et les maladies des plantes sont souvent impossibles à éradiquer une fois qu’ils se sont établis et que leur gestion prend du temps et coûte cher.

Qu Dongyu a également appelé à une action rapide, soulignant qu’il reste encore beaucoup à faire pour assurer la santé des plantes.

« En cette année internationale et tout au long de cette décennie d’action pour atteindre les objectifs de développement durable, consacrons les ressources nécessaires et renforçons notre engagement en faveur de la santé des plantes. Agissons pour les gens et la planète », a déclaré António Guterres, Secrétaire général de l’ONU dans un message lu lors de l’événement.

Les ministres suivants ont également pris la parole lors de l’événement : Edward Centeno Gadea, Ministre de l’agriculture et de l’élevage, Nicaragua ; Andrew Doyle, ministre d’État au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Marine, Irlande ; Jaana Husu-Kallio, Secrétaire permanente du Ministère de l’agriculture et des forêts, Finlande ; et Tamara Finkelstein, Secrétaire permanente du Département de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales, Royaume-Uni.

Dans ses remarques liminaires, le Directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a félicité le Gouvernement finlandais d’avoir pris l’initiative de proposer une année consacrée à la santé des plantes et de coordonner les efforts pour déclarer l’année.

Que fera l’Année internationale de la santé des plantes ?

La FAO et sa Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) mèneront des activités pour faire de l’Année un succès et pour promouvoir la santé des plantes au-delà de 2020.

L’Année mettra l’accent sur la prévention et la protection, ainsi que sur le rôle que chacun peut jouer pour assurer et promouvoir la santé des plantes.

Les principaux objectifs de l’Année sont les suivants : sensibiliser à l’importance des plantes saines pour la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ; mettre en évidence l’impact de la santé des plantes sur la sécurité alimentaire et les fonctions des écosystèmes ; et partager les meilleures pratiques sur la façon de maintenir les plantes en bonne santé tout en protégeant l’environnement.

En empêchant la propagation et l’introduction d’organismes nuisibles dans de nouvelles zones, les gouvernements, les agriculteurs et d’autres acteurs de la chaîne alimentaire, tels que le secteur privé, peuvent économiser des milliards de dollars et garantir l’accès à des aliments de qualité.

Garder les plantes ou les produits végétaux exempts d’organismes nuisibles et de maladies contribue également à faciliter les échanges et à garantir l’accès aux marchés, en particulier pour les pays en développement. Pour cela, il est important de renforcer l’adhésion aux réglementations et normes phytosanitaires internationales harmonisées.

Lors de la lutte contre les ravageurs et les maladies, les agriculteurs devraient adopter et les décideurs devraient encourager l’utilisation de méthodes respectueuses de l’environnement telles que la lutte intégrée contre les ravageurs pour aider à maintenir les plantes en bonne santé tout en protégeant l’environnement.

Les gouvernements, les législateurs et les décideurs devraient habiliter les organisations de protection des végétaux et autres institutions pertinentes et leur fournir les ressources humaines et financières adéquates. Ils devraient également investir davantage dans la recherche et la sensibilisation liées à la santé des plantes, ainsi que dans les pratiques et technologies innovantes.

Partenariats stratégiques et actions de collaboration avec toutes les parties prenantes, y compris les gouvernements, les universités et les instituts de recherche,
 

Derniers articles

4 juillet, par Rédaction SNP

Beauveria Bassiana : d’autres en mesure l’efficacité...

D’autres se préoccupent de tester l’efficacité des différentes souches de BB utilisées pour lutter contre un autre coléoptère.
En France rien de tel, on laisse 2 fabricants se crêper le chignon et l’INRAE ne trouve ni le temps ni (...)

Edito